Plume

IMG_18074-bis-cadre1.jpg

Publicités

Vitraux Majorelle à Longwy

 

A première vue, l’  » espace Jean Monnet  » n’est rien d’autre qu’une Maison de la Formation. Et pourtant… Pourtant, il abrite un trésor insoupçonné : les vitraux Majorelle.

C’est l’un des derniers témoignages du passé sidérurgique du bassin de Longwy.

 

Une activité qui en a fait la richesse et la renommée, dès 1865. Car ici, vous êtes dans l’un des berceaux de la sidérurgie longovicienne. D’un côté, vous avez l’usine du Prieuré. De l’autre, l’usine du Port-Sec. Les deux fusionnent en 1880, pour donner la Société des Aciéries de Longwy, qui fait de ce bâtiment son siège social, jusqu’en 1953.

 

C’est suite à une commande des aciéries de Longwy en 1928 que les ateliers Majorelle, alors dirigés par Alfred Lévy, fabriquent ces vitraux de style Art Déco. Alfred Lévy, peintre de formation et successeur de Louis Majorelle à la tête des ateliers éponymes à compter de 1926, a probablement dessiné les motifs qui seront réalisés par un atelier dont le nom nous reste inconnu à ce jour.

A partir de 1920, la sidérurgie était florissante et les maîtres de forge faisaient appel à des artistes renommés pour illustrer le travail des ouvriers. On a essayé, à travers les vitraux, de glorifier le travail en montrant, justement, les gestes professionnels.

Dans la cage de l’escalier principal, 27 verrières sont réparties sur quatre niveaux. Voici une vision bien stylisée d’une usine sidérurgique…

En fait, les vitraux Majorelle c’est une bande dessinée de la sidérurgie. Elle exalte l’effort des hommes au travail : on voit leur musculature, donc on a la beauté du geste qui est mise en valeur à travers ce travail de l’artiste.

Les fumées d’usines, le haut-fourneau destiné à la fabrication de la fonte, l’aciérie, le laminage,… Les étapes se succèdent et se complètent.

 

Un conseil : venez en fin de matinée, quand le soleil illumine les vitraux. Les couleurs flamboient, la palette se déploie : on en sentirait presque la chaleur de l’usine…

 

IMG_18150-bis-cadre1.jpg

 

IMG_18151-bis-cadre1.jpg

 

IMG_18152-bis-cadre1.jpg

IMG_18153-bis-cadre1.jpg

IMG_18154-bis-cadre1.jpg

 

IMG_18139-bis-cadre1.jpg

IMG_18140-bis-cadre1.jpg

IMG_18149-bis-cadre1.jpg

 

IMG_18141-bis-cadre1.jpg

 

IMG_18142-bis-cadre1.jpg

 

IMG_18143-bis-cadre1.jpg

IMG_18144-bis-cadre1.jpg


IMG_18145-bis-cadre1.jpg

 

IMG_18146-bis-cadre1.jpg

 

IMG_18147-bis-cadre1.jpg



Pour compléter :

 

http://www.nancy-guide.net/?recherche_mots=maxeville+ville-laxou.php

 

http://www.nancy-guide.net/index.php/Breves/Image-du-moment-2010/2010-10-23-:-les-vitraux-Majorelle-des-Grands-Bureaux-des-Acieries-de-Longwy

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Majorelle

 

 

Punaise américaine

Une découverte sur la table du living ! Elle cherche sans doute un refuge pour l’hiver.

 

Elle, c’est la Punaise américaine ou Punaise du pin ( Leptoglossus occidentalis), une espèce invasive originaire des États-Unis.

 

C’est une punaise brun-rouge mesurant de 15 à 20 mm ( sur les photos, diamètre du stylo = 10 mm).

 

IMG_18159-rec-cadre1.jpg


Elle se reconnaît facilement, d’une part au zigzag blanc qui orne les hémi-élytres, d’autre part à l’aspect foliacé des tibias postérieurs précédés de fémurs épineux.

 

Elle se nourrit des graines dans les cônes de pin, en les piquant de son rostre pour en sucer les réserves lipidiques et protéiques. Cet insecte repère les cônes et les graines à la chaleur – supérieure à celle du reste de la plante – qu’ils émettent. Il s’attaque aux pins (pin sylvestre, pin noir, pin d’Alep, pin de montagne, etc.), mais également au sapin de Douglas, à l’épicéa et au cèdre, et a été occasionnellement noté sur diverses plantes.

 

Cet insecte a été introduit accidentellement en Europe. Il a été découvert en 1999 à Vicenza dans le nord de l’Italie et a conquis depuis lors le reste de l’Europe.

 

C’est la première observation à l’état adulte dans notre jardin. Nous avons deux pins au fond de ce jardin !

 

 

IMG_18156-rec-cadre1.jpg

IMG_18163-rec-cadre1.jpg


IMG_18166-rec-cadre1.jpg



Anglais : Western Conifer Seed Bug

 

Pour compléter :

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Leptoglossus_occidentalis

 

http://www7.inra.fr/opie-insectes/pdf/i155didier1.pdf

 

http://www.insectes-net.fr/punaise/leptoglossus2.htm

 

http://linneenne-bordeaux.pagesperso-orange.fr/Tamisier_bull36-1.pdf

 

http://www.nina.no/Portals/0/nyheter/nje-vol57-no1-mjos.pdf

 

http://denbourge.free.fr/Insectes_hemiptera_heteroptera_Coreidae_Leptoglossus_occidentalis.htm

 

http://www.cercles-naturalistes.be/Publications/Publicationstelechargeables/2011/Erable1-2011Punaiseamericaine.pdf

 

 

Tircis

En cette fin de septembre, les papillons se font rares.

 

Ce matin j’ai surpris ce Tircis se réchauffant aux premiers rayons de soleil.

 

Pas facile à photographier car sa vue perçante vous détecte à plus de 2 mètres.

 

Mais finalement il se laisse faire, prenant même la pose.

 

 

IMG_18094-rec-cadre1.jpg

 

IMG_18100-rec-cadre1.jpg

 

IMG_18105-bis-cadre1.jpg

IMG_18110-rec-cadre1.jpg

 

 

IMG_18115-bis-cadre1.jpg

 

 

Pour compléter :

 

 

http://www.baladesentomologiques.com/pages/TIRCIS_papillon_adapte_a_lurbanisation-4654842.html

 

http://biodiversite.wallonie.be/fr/pararge-aegeria.html?IDD=50333929&IDC=681

 

http://www.conservation-nature.fr/Pararge_aegeria.html