Eristale gluante (?)

 

Cette éristale occupée à sa toilette ne se soucie guère du photographe.

IMG_3092-rec-cadre3.jpg

Une caractéristique: les bandes de pilosité visibles sur les yeux .

 

Après consultation du site d’Alain Ramel, je pense qu’il s’agit d’une éristale gluante (Eristalis tenax).

 

Celle-ci est très commune de mars à décembre et peut hiverner au stade adulte dans les troncs creux, les caves, les dépendances, sous le lierre ……..

IMG_3093-rec-cadre3.jpg

IMG_3094-rec-cadre3.jpg

IMG_3095-rec-cadre3.jpg

IMG_3097-rec-cadre3.jpg

 

Pour compléter:

 

http://aramel.free.fr/INSECTES15terterter.shtml

 

http://www.aywaille1.be/STILL_on_the_road/Eristales/eristales.htm

 

http://www.galerie-insecte.org/galerie/eristalis_tenax.html

 

http://www.naturalist.fr/Pags-arthr/Diptera/Syrphidae.htm

 

http://moineaudeparis.com/insectes/dipteres/eristalis-tenax/

 

 

 

 

A visiter:

 

http://www.entoflorachne.com/garrigue/Insectes.html

 

Crambidae sp.

 

Cet étrange papillon a été découvert dans le jardin.

IMG_2938-bis-cadre3.jpg

IMG_2939-2-cadre3.jpg

Sa tête est prolongée par des palpes impressionnants; les pattes ont des éperons; les ailes paraissent enroulées.

 

Je le rangerais bien dans la famille des Pyrales.

 

En poussant mes investigations, j’arrive à la famille des Crambidae.

 

Les Crambidae sont une famille de Lépidoptères de formes très variables : certaines espèces, appartenant à la sous-famille des Crambinae , ont un aspect très proche de feuilles ou de morceaux de végétal ce qui les fait passer inaperçues, dans d’autres sous-familles les différentes espèces sont, au contraire, très colorées.

Dans de nombreuses classifications, les Crambidae ont été considérés comme sur une subdivision des Pyralidae. La différence principale est située dans la structure des organes auditifs nommé le praecinctorium celui-ci est constitué de deux membranes tympaniques chez les Crambidae et est absent chez les Pyralidae. L’une des dernières révisions les concernant (Munroe & Solis, in Kristensen (1999)) considère les Crambidae comme une famille valide.

Une identification plus précise est une affaire de spécialiste.

Hypothèse: Pediasa ? Agriphila ?

Pour compléter:

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Crambidae

 

http://www.galerie-insecte.org/systematique/system.php?liste=ListeLepi&seq=18

 

http://www.galerie-insecte.org/galerie/auteur-1320-crambidae.html

 

http://www.galerie-insecte.org/galerie/wiki.php?crambidae

 

http://www.windust.net/august-2009.html

 

Schlumbergera (Cactus de Noël)

 

Les premières fleurs viennent d’apparaître sur cette plante qui a passé tout l’été dans le jardin..

IMG_4657-bis-cadre3.jpg

IMG_4659-rec-cadre3.jpg

IMG_4660-bis-cadre3.jpg

 

Non, ceci n’est pas un Epiphyllum mais un Schlumbergera appelé aussi Cactus de Noël ou encore Cactus de Pâques.

 

Le Schlumbergera se compose de feuilles vertes, très ramifiées et de petites dimensions (env. 5 à 6 cm de longueur et 2 cm de largeur). La plante est assez touffue et compacte. Les fleurs, tubulaires, de 4 à 5 cm de longeur sont le plus souvent rouges, mais de nouvelles obtentions ont très largement enrichi la palette des couleurs: violet, rose, mauve, blanc, saumon.

 

La particularité de cette espèce est sa floraison abondante et longue, alors que la fleur elle-même ne dure que quelques jours. Il n’est pas rare de voir des plantes fleurir en permanence pendant plusieurs mois. Il faut classer le Schlumbergera dans les plantes en pot à fleurs, d’intérieur. Il peut cependant très bien passer la bonne saison en extérieur en situation un peu ombragée, mais n’hiverne pas dehors sous notre climat.

IMG_4642-bis-cadre3.jpg

IMG_4650-bis-cadre3.jpg

 

IMG_4644-bis-cadre3.jpg

L’Epiphyllum se compose de feuilles nettement plus grandes (jusqu’à 50 cm de longueur et 3 à 4 cm de largeur), de couleur vert pâle à vert foncé. Ces feuilles sont plus ligneuses, plutôt rondes, bordées de 3 «ailerons» longitudinaux. Certaines espèces ont quelques épines. L’Epiphyllum se comporte très bien en appartement mais également sur un balcon ou au jardin. A part dans certaines situations très protégées, il n’hiverne pas chez nous à l’extérieur.

Les fleurs sont spectaculaires, nettement plus grandes que celles du Schlumbergera. Elles apparaissent dès la fin du printemps et pendant l’été. Certaines variétés donnent des inflorescences de plus de 10 cm de diamètre. Les multiples obtentions horticoles, principalement par hybridation, présentent un grand nombre de coloris: blanc, rose, rouge, jaune, saumon, violacé, en fleurs simples ou doubles. La vie d’une fleur est très éphémère, de l’ordre de 2 à 3 jours, mais les inflorescences se succèdent à un bon rythme. Ce sont des fleurs presque plus nocturnes que diurnes. Très souvent elles donnent naissance à des fruits d’une belle couleur rouge, ressemblant à de petits œufs.

 

 

Origine:


Les cactus épiphytes, qui appartiennent à plusieurs genres dont Schlumbergera (syn. Zygocactus), Epiphyllum, Rhipsalis, Hatiora (syn. Rhipsalidopsis), sont originaires des forêts tropicales d’Amérique du Sud et d’Amérique centrale. Ils poussent dans le creux des branches où des débris organiques se sont accumulés et décomposés. Contrairement à la majorité des cactus vivant dans les conditions arides du désert, les cactus épiphytes des régions tropicales peuvent recevoir jusqu’à 400 cm de pluie par année. Les branches retombantes du cactus de Noël (Schlumbergera x buckleyi), un hybride, sont composées d’une série de segments à l’extrémité desquels poussent de superbes fleurs vivement colorées. Le cactus de Noël est une plante dite de jours courts et, comme son nom l’indique, fleurit normalement en décembre. Les autres cactus épiphytes qui fleurissent naturellement en novembre ou à Pâques appartiennent généralement à des espèces ou des genres différents. Il existe également de nombreux hybrides.

Le Schlumbergera a été baptisé du nom du collectionneur de cactus français Frédéric Schlumberger. En 1817, les premiers plants ont été exportés du Brésil vers l’Angleterre.

 

Revoir:

 

http://papylou.skynetblogs.be/archive/2009/08/08/epiphyllum-hybride.html

 

Pour compléter:

 

 

http://www.jardin.ch/dossiers/difference.html

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Schlumbergera

 

 

Capucine au jardin

 

La capucine ( Tropaeolum majus) est vivace dans la Cordillères des Andes, d’où les conquistatores de Pizzarre la rapportèrent en même temps que l’or des Incas.

IMG_3066-rec-cadre3.jpg

Son nom « savant » vient du grec « tropalon » qui signifie « trophée »; cela provient du fait que la fleur et la feuille évoquent le casque et le bouclier dont certains monuments sont ornés.

IMG_4069-bis-cadre3.jpg

Son nom « commun » évoque le mot « capuce » ou capuchon à cause de la forme de sa fleur qui ressemble à un capuchon de moine.

IMG_4234-bis-cadre3.jpg

Synonymes:

 

Cresson du Pérou, cresson des Indes, plante pour cheveux, cresson du Mexique, fleur d’amour…...

 

capucines 2010-cadre3.jpg

Au jardin, elle est connue pour attirer les pucerons!

 

En gastronomie, les feuilles et les fleurs de la grande capucine sont ajoutées crues aux salades, sauces et mayonnaise. Elles ont une saveur piquante et aromatique qui n’est pas sans rappeler celle du cresson alénois. Les boutons floraux et les jeunes fruits sont parfois conservés dans du vinaigre et ont eux aussi un goût piquant. De cette manière, il est possible de faire un semblant de câpres. La capucine est riche en vitamine C et qu’elle a des propriétés antiseptique, stimulante, expectorante et diurétique.

capucines 20101-cadre3.jpg

Pour compléter:

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Grande_capucine

 

http://www.egk.ch/fr/doc/nl/Grande_capucine.pdf

 

http://lesjardinsdepomone.skynetblogs.be/archive/2008/08/31/la-capucine-elle-se-mange-et-seduit.html

 

http://www.plantes-comestibles.com/plantes-comestibles.php

 

 

 

A consulter:

 

http://www.lavieauvert.com/premiere.htm

 

 

A visiter:

 

http://www.michel-fautsch.be/

 

http://natureliberte.skynetblogs.be/

 

capucines 20103-cadre3.jpg