Arbre à perles, arbre à térébenthine (Cyclades)

IMG_3583-bis-cadre1

 

IMG_3583-rec-1-cadre1

IMG_3583-rec-2-cadre1

IMG_3583-rec-cadre1


Cet arbre appartient à la famille des Méliacées, une famille tropicale d’arbres et d’arbustes à bois odorant et feuilles pennées sans stipules. On utilise de nombreux bois de cette famille tels l’acajou, le « cèdre » d’Afrique, etc.

 

Appelé lilas de perse ou arbre à perles (Melia azedarach L.), c’est un arbre de taille moyenne, à feuilles doublement composées, grandes, très variables, de 20 à 50 cm de long. Les fleurs sont petites, lilas, en grappes lâches parmi les feuilles supérieures, odorantes, d’environ 1 cm de long. Le fruit est globuleux, de 1 à 1,5 cm, jaune et plein à maturité mais se ridant s’il reste sur l’arbre.

 

Il est originaire de l’Himalaya et de la Chine, et communément planté dans la région méditerranéenne où il est naturalisé.

 

Les graines des fruits sont utilisées pour faire des chapelets, c’est pour cela qu’on l’appelle « Arbor sancta » ou l’arbre à perles. Les fruits sont un peu toxiques; les feuilles sont supposées éloigner les moustiques.

 

Synonymes: margousier, lilas des Indes, China tree

 

Anglais: Chinaberry, Persian Lilac

 

Pour compléter:

 

http://en.wikipedia.org/wiki/Chinaberry

 

http://crdp2.ac-besancon.fr/flore/flore/especes/melia_azedarach.htm

 

http://www.anteak.fr/azadirachta_indica_vademecum.html

 

http://www.barbadine.com/pages/melia_azedarach_lien.htm

 

http://articlesnature.wordpress.com/2008/11/27/les-arbres-de-mon-pays-139-lilas-ou-nem/

 

IMG_3595-bis-cadre1

IMG_3595-rec-cadre1

IMG_3595-bis-rec-cadre1


Cet autre arbre appartient à la famille des Anacardiacées, famille principalement tropicale d’arbres et d’arbustes renfermant des résines ou une sève laiteuse acide et des écorces résineuses. Les noix d’acajou, les arbres à laque, les mangues, etc., proviennent de cette famille. Chez nous, on cultive dans les parcs Cotinus coggygria (Arbre à perruque), originaire d’Europe méridionale et du Caucase ainsi que plusieurs espèces de Rhus (Sumac).

 

Appelé Arbre à térébenthine (Pistacia terebinthus L;), cet arbuste de 2 à 5 m de haut dégage une forte odeur de résine. Les feuilles sont composées, ressemblant aux feuilles de Frêne. Les fleurs sont en grappes naissant sur les jeunes rameaux d’un an. Les fruit sont globuleux, de la taille d’un pois, rouge puis brun à maturité. Il aime les collines et rochers calcaires du pourtour méditerranéen.

 

Anglais: Turpentine Tree, Terebinth

 

Pour compléter:

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pistachier_t%C3%A9r%C3%A9binthe

 

http://www.florealpes.com/fiche_pistachier.php

 

http://www.afleurdepau.com/Flore/anacardiaceae/pistacia-terebinthus/x.htm

 

http://plantes-des-jardins-et-des-chemins.blogspot.com/2008/07/le-trbinthe-pistacia-terebinthus_11.html

 

http://www.jtosti.com/fleurs2/pistachier.htm

 

 

 

Pavot cornu, Avoine sauvage, Vipérine

 

Continuons notre promenade parmi les fleurs des Cyclades

 

Glaucium flavum (Pavot cornu, Glaucière jaune, Glaucienne)

 

IMG_3528-bis-cadre1

 

Ce pavot est reconnaissable à ses grandes fleurs jaunes pourvues de nombreuses étamines. Ses feuilles sont épaisses et très divisées. Il se développe habituellement sur les bords de mers, dans les dunes et les galets, mais peut également se rencontrer dans les friches plus à l’intérieur des terres.

Famille des Papavéracées

 

Anglais: Yellow Horned-poppy

 

Néerlandais: Gele hoornpapaver

 

Pour compléter:

 

http://www.florealpes.com/fiche_glaucierejaune.php#

 

http://pagesperso-orange.fr/erick.dronnet/glaucium_flavum1.htm

 

http://www.kuleuven-kortrijk.be/bioweb/?lang=fr&detail=560

 

http://www.maltawildplants.com/PAPV/Glaucium_flavum.php

 

 

Avena sterilis (Avoine sauvage, avoine de champs, avoine stérile)

 

IMG_3437-bis-cadre1

 

Elle est répandue sur tout le pourtour méditerranéen, et jusqu’à la vallée de la Loire. Elle apprécie les champs, jachères, bosquets d’oliviers et vignes.

 

Anglais: Wild Oat

 

Néerlandais: Wilde haver

 

Echium italicum (Vipérine d’Italie)

 

IMG_3308-bis-cadre1

 


 

Elle apprécie les lieux rocailleux, sablonneux, les bords de chemins et les cultures abandonnées.

 

Pour compléter:

 

http://www.tela-botanica.org/eflore/BDNFF/4.02/nn/23513/export/pdf

 

http://sophy.u-3mrs.fr/photohtm/SI9896.HTM

 

http://www.jtosti.com/fleurs2/viperine.htm

 

http://flore.la.rochelle.free.fr/spip.php?article258

 

http://www.botanique.org/apg-ii/magnoliophyta/eudicots/euasterids-i/unplaced-euasterids-i/boraginaceae/echium-article7544.html

 

http://inpn.mnhn.fr/isb/servlet/ISBServlet?action=Espece&typeAction=10&pageReturn=ficheEspeceDescription.jsp&numero_taxon=95758

 

Echium sp. (Vipérine ….)

 

IMG_3249-rec-cadre2

 

IMG_3252-bis-cadre1

 

Difficile à identifier sur base des photos.

Une piste : la vipérine à feuille étroite (Echium angustifolium)

 

 

 

A visiter:

 

 

http://www.afblum.be/bioafb/especes/

 

http://apiculteur.wordpress.com/category/flore-mellifere/page/3/

 

 

 

Echinops graecus

 

IMG_3695-bis-cadre1

IMG_3696-bis-cadre1

 

IMG_3759-rec-cadre1

IMG_3704-rec-3-cadre1

IMG_3704-rec-4-cadre1


Une autre fleur des Cyclades (île de Delos). Il s’agit d’un echinops. Mais lequel?

 

Mon guide sur les fleurs du bassin méditerranéen signale trois espèces:

 

  • Echinops viscosum DC., aux fleurs bleu pâle groupées en boule d’environ 5 cm de diamètre, aimant les champs et endroits pierreux de Sicile et de la Grèce à la Palestine.

  • Echinops graecus Mill., avec des feuilles très finement divisées en étroits segments, chacun terminé par une épine très pointue. Les capitules ont une couleur d’améthyste. Il aime les endroits secs, pierreux et les champs en jachère de Grèce.

  • Echinops ritro (chardon en boule), souvent cultivé, que l’on retrouve dans les endroits secs, rocailleux et incultes d’Espagne à la Palestine.

 

En me basant sur la morphologie des feuilles, je penserais à Echinops graecus; je n’ai pas trouvé de confirmation sur le WEB.

 

Notre flore signale:

  • l’echinops sphaerocephalus L. (Echinops à tête ronde), cultivé dans les jardins et parfois naturalisé

  • l’echinops exaltatus Schrad., cultivé dans les jardins, parfois naturalisé en abondance: pied des haies, bord des ruisseaux, bois frais.

 

Voir aussi:

 

http://papylou.lalibreblogs.be/archive/2008/03/12/echinops.html

 

http://papylou.skynetblogs.be/post/5647639/echinops

 

 

 

Chicorée épineuse

 

IMG_3354-bis-cadre1

IMG_3354-rec-2-cadre1

 

IMG_3354-rec-cadre1

 


 

Rencontrée dans les Cyclades, la chicorée épineuse (Cichorium spinosum L.) qui est un sous-arbrisseau vivace très ramifié à rameaux épineux et seulement 5 fleurons dans chaque capitule. C’est une plante maritime que l’on retrouve en Grèce, en Crête, dans les îles grecques, à Malte et à Chypre.

 

Dans la famille des Astéracées (ou Composées), le genre Cichorium regroupe une dizaine d’espèces.

 

Notre flore n’en cite qu’un seule, la chicorée sauvage (Cichorium intybus L.) qui est une grande plante vivace raide avec des tiges robustes vertes et des fleurs d’un bleu vif évoquant la forme de celles du Pissenlit, alignées le long de la tige. Elle apprécie le bord des chemins et les endroits incultes, généralement sur calcaire. Elle est médicinale et mellifère.

 

On cultive pour sa racine Cichorium intybusL. cv. Sativum (Chicorée) et pour ses feuilles C. Intybus L. cv. Foliosum (Chicorée rouge, chicorée blonde, chicorée amère ou barbe de capucin, chicorée de Bruxelles, chicon, witloof, appelée endive en France).

 

On cultive dans les jardins C. endivia L. cv. Crispa (Chicorée endive, chicorée frisée) et C. Endivia L. cv. Latifolia (Chicorée scarole ou escarole).

 

Pour compléter:

 

http://www.e-pelion.com/flora_compositae_cspinosum.html

 

http://www.maltawildplants.com/ASTR/Cichorium_spinosum.php

 

http://crete.decouverte.free.fr/CRETEBotaniqueplantes.html

 

Chicorée sauvage:

 

http://www.kuleuven-kortrijk.be/bioweb/?lang=fr&detail=96

 

http://www.botanique.org/apg-ii/magnoliophyta/eudicots/euasterids-ii/asterales/asteraceae/cichorium-article4832.html

 

http://www.inra.fr/dpenv/boulis06.htm

 

 

Quelques nouvelles du jardin

 

La lavande en fleurs devient le paradis des butineurs. Jeudi soir, vers 19h, nous avons aperçu pour la toute première fois, un Moro-sphynx (Macroglossum stellatarum). Il est revenu vendredi soir, vers 20 h., appréciant cette fois les fleurs de coquelourdes boudées par les autres butineurs.

 

C’est un papillon « de nuit » actif pendant le jour. Il est facilement reconnaissable à son habitude de butiner les fleurs sans se poser, en vol stationnaire tel un colibri.

 

Pour compléter:

 

http://www.natagora.be/index.php?option=com_content&task=view&id=841&Itemid=39

 

http://home.scarlet.be/entomart/Macroglossumstella.html

 

http://www.galerie-insecte.org/galerie/macroglossum_stellatarum.html

 

http://www.papillon-poitou-charentes.org/Macroglossum-stellatarum-Linnaeus,17956.html

 

 

Dans la mare, nous dénombrons 4 exuvies de grandes libellules. Avec ce temps chaud, les libellules s’envolent rapidement, au grand désespoir du photographe.

 

IMG_4164-rec-cadre1

Limonium sinuatum (Statice)

 

Chez nous, on peut la rencontrer dans l’un ou l’autre jardin.

 

C’est une plante typique du bassin méditerranéen. Nous l’avons souvent aperçue lors de notre périple dans les Cyclades.

 

statice

IMG_3705-bis-cadre1

 

IMG_3705-rec-cadre1


 

Vous l’avez reconnue: la statice ou encore lavande de mer ( Limonium sinuatum L. ou Statice sinuata L.).

 

Elle appartient à la famille des Plombaginées, famille subcosmopolite, surtout répandue sur les côtes et dans les steppes, comprenant environ 350 espèces.

 

C’est une plante très élégante, robuste et vivace, de 20 à 50 cm de haut, à tiges florifères robustes généralement à 3 ailes qui se prolongent aux noeuds en feuilles lancéolées. Les inflorescences sont compactes, étalées et aplaties, constituées de fleurs bleu-mauve. Le calice est vivement coloré et denté; la corolle est petite, jaune et peu visible. Les feuilles sont en rosette, toutes à la base de la tige.

 

Elle apprécie les rivages sablonneux, les rochers et les bords de chemins, dans la zone maritime.

 

Les inflorescences coupées et séchées conservent leurs couleurs pendant un an ou plus; cette plante est largement cultivée pour cette raison.

 

Le genre Limonium et quelques plantes voisines figurent parmi les plus intéressantes de la flore littorale méditerranéenne, car il s’agit d’espèces maritimes dont la biologie et l’écologie demeurent particulières.

 

Notre flore cite:

  • le limonium vulgaireou la statice vulgaire (Limonium vulgare) assez rare dans les près salés maritimes

  • le limonium de Dodart (Limonium dodartil) que l’on trouve rarement sur les falaises maritimes ( cap Gris-Nez).

 

Pour compléter:

 

http://www.athenee-horticulture.be/didactique/ftech/limonium_sinuatum.pdf

 

http://www.botanique.org/apg-ii/magnoliophyta/eudicots/core-eudicots-43/caryophyllales/plumbaginaceae/limonium-article12486.html

 

http://www.jtosti.com/fleurs3/limonium.htm