Lepture rouge

Un autre longicorne surpris dans le jardin.

 

jardin, été, coléoptère, longicorne, lepture rouge

La forme des élytres brun-jaune et la couleur des pattes avec des fémurs noirs me font penser au lepture rouge (Corymbia rubra) déjà observé ici.

 

jardin,été,coléoptère,longicorne,lepture rouge

 

La femelle a les tibias, les tarses, les élytres et le pronotum rouges ; le mâle a un pronotum noir, des élytres, des tibias et des tarses jaune orangé.

Cette espèce commune en Europe occidentale vit aussi bien en plaine qu’en altitude, dans les prairies, clairières, dans les chemins forestiers, les jardins et se rencontre le plus souvent l’été.

Ce coléoptère vit le jour, consomme pollen et pétales des fleurs et il visite en particulier les ombellifères.

Les femelles vont pondre leurs oeufs sur du vieux bois, ou des souches; en effet la larve en forme d’asticot est xylophage (elle se nourrit de bois mort). Elle met 2 ans à se développer et pendant ces 2 ans  elle creuse des galeries tortueuses à l’intérieur du bois avant de se nymphoser; les coléoptères adultes sortent en juin.

Je dois leur présence à un tas de bûches dont je ne me suis pas débarrassé et que peu à peu elles transforment en humus.

Confusion possible avec la lepture fauve qui ne se différencie que par la couleur des pattes qui sont noires.

 

jardin, été, coléoptère, longicorne, lepture rouge

 

jardin, été, coléoptère, longicorne, lepture rouge

jardin, été, coléoptère, longicorne, lepture rouge

jardin, été, coléoptère, longicorne, lepture rouge

 

 

P.S. : Les photos sont réalisées avec l’objectif Canon 24-105 f:4 L qui n’est pas un objectif macro. L’essai est un peu décevant !


Photo avec le Sigma 150 mm Macro

 

jardin,été,coléoptère,longicorne,lepture rouge

 

 

 Pour compléter:

 

http://aramel.free.fr/INSECTES11-4%27.shtml

 

http://lejardindelucie.blogspot.be/2011/02/anastrangalia-sanguinolenta-le-lepture.html

 

http://papylou.blogs.lalibre.be/archive/2011/08/13/lepture-rouge-male.html

 

Grindelwald 2013

 Cliquez sur le nom du Post pour le visualiser

«  Post »

 

Date d’édition

 

Grindelwald (1) : First et…

Promenade First – Bachalpsee

23/07/2013

 

Grindelwald (2) :…

Promenade Männlichen – Kleine Scheidegg

24/07/2013

 

Grindelwald (3) : Thoune…

Visite Thoune (Thun)

25/07/2013

 

Grindelwald (4) : Autour de…

Promenade Grindelwald

26/07/2013

 

Grindelwald (5) : Flore – 1

Flore First-Bachalpsee

27/07/2013

 

Grindelwald (6) : Flore – 2

Flore Männlichenn – Kleine Scheidegg

28/07/2013

 

Grindelwald (7) : fin du…

Final

29/07/2013

 

 

 

IMG_16506-pf-cadre1.jpg

 

vacances,suisse,alpes,oberland bernois,grindelwald

Grindelwald (7) : fin du séjour

Vendredi

 

Le soleil se lève et éclaire progressivement la vallée ; les hauts sommets sont les privilégiés

 

De la terrasse, nous contemplons une dernière fois ces géants, et surtout cette impressionnante face nord de l’Eiger, avec une pensée pour tous ceux qui y ont laissé leur vie, victime de leur passion et de situations météo difficiles.

 

Dans quelques heures nous reprendrons la route pour rentrer chez nous, agréablement surpris après cette première découverte de Grindelwald.


 

 

IMG_16516-pf-cadre1.jpg

 

 

 

IMG_16507-pf-cadre1.jpg


IMG_16518-pf-cadre1.jpg

 

IMG_16512-pf-cadre1.jpg








Grindelwald (6) : Flore – 2

Voilà la suite de notre découverte de la flore alpine autour de Grindelwald.

 

Promenade du jour : de Männlichen (2227 m) à Kleine Scheidegg (2061 m).

 

 

P.S. Je n’ai pas répété les commentaires donnés dans le « post »  précédent.

 

 

Crocus blanc ou crocus printanier ( Crocus albiflorus ou Crocus vernus L.)

 

Le mot Crocus albiflorus vient du grec Krokos : safran et du latin albiflorus : à fleurs blanches.

 

On l’appelle aussi Safran des fleuristes, Safran bâtard car il ressemble au véritable Safran

 

Il peut se rencontrer en larges groupes dans les pelouses de l’étage montagnard à l’étage alpin (jusqu’à 2700 m).

 

C’est le seul safran et même la seule Iridacée qui, dans les Alpes, dépasse la ceinture des forêts.

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

Soldanelle des alpes (Soldanella alpina L.)

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

 

Primevère hirsute (Primula hirsuta )

 

De toutes les Primevères des rochers à fleurs rouges, celle-ci est la plus répandue, surtout entre 1600 et 2000 mètres d’altitude. Elle peut descendre à 100 mètres dans les Alpes méridionales et dépasser la ceinture des neiges en Engadine (3200 m) et au Mont Rose (3600m).

 

Cette primevère pousse par touffes serrées dans les failles rocheuses. Ses fleurs sont très voyantes, d’un rose très foncé. La gorge de la corolle est bien blanche.

 

Ses feuilles visqueuses qui retiennent prisonniers les insectes maraudeurs, lui ont valu le nom de Primevère visqueuse.

 

Elle apprécie les terrains siliceux, surtout sur les roches primitives.

 

Les abeilles viennent y butiner pour recueillir un nectar de haute qualité.

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald


Renoncule alpestre ( Ranunculus alpestris L.)

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

Inconnue

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

 

Ajout 8-08-2013

 

 

 

Cette plante a été identifiée grâce à Franck Le Driant (Voir ci dessous)

 

 

 

 

L’homogyne des Alpes (Homogyne alpina L. ) est une fleur droite au petit capitule rose. Elle pousse dans les prairies humides et les bois clairs. Ses feuilles sont arrondies et luisantes. A première vue, cette fleur semble être fanée et avoir perdu tous ses pétales…

 

 

http://www.florealpes.com/fiche_homogyne.php

 

 

 

Franck Le Driant
06.63.67.92.58 / 04.92.57.12.28
Accompagnateur en Montagne B.E.
Stages et séjours botaniques.
http://www.florealpes.com
http://www.pulsatille.com

 



Populage des marais (Caltha palustris )

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

 

Primevère élevée (Primula elatior L.)

 

Cette primevère possède des fleurs jaunes à la corolle étalée, groupées en ombelle en haut d’une tige pubescente.

 

Elle se rencontre dans les sous bois, les prairies fraîches et les talus.

 

Fréquente entre 200 m et 2100 m.

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

 

 

Tussilage (Tussilago farfara L.)

 

Les capitules et les feuilles du tussilage peuvent être consommées en infusion ou en salade. Au XVIIIème siècle, le tussilage était prescrit par certains médecins pour soigner l’Asthme et le Coryza. Il fut ensuite prescrit pour résoudre des problèmes d’éruptions cutanées et de teigne. Les feuilles du tussilage apparaissent à la fin de la floraison.

 

On la trouve jusqu’à 2600 mètres d’altitude.

 

Appelée par les Grecs Bêkhion, de Bêkhos : toux d’où vient béchique (remède contre la toux).

 

Tussis : toux en latin et agere : chasser ou ago : je soigne ; c’est à dire je soigne ou je chasse la toux.

 

Farfarus : farineux, à cause de la blancheur feutrée de la face inférieure des feuilles ; celles-ci sont larges et arrondies en forme de Pas-d’âne (nom vulgaire du Tussilage). Les fleurs apparaissent avant les feuilles d’où l’expression le fils (fleur) avant le père (feuille).

 

Appelée encore Herbe de Saint Quirin ou Saint Guérin (Saint Jean d’Aulps en Haute Savoie et Sion en Suisse l’honorent chaque année) ou Taconet dans les Alpes.

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

Anémone soufrée ou Pulsatille soufrée ou Pulsatille à feuilles d’ache (Anemone (Pulsatilla) alpina subsp. apiifolia (Scopoli) )

 

Une fleur unique, d’un jaune extrêmement lumineux, sur une hampe dressée et couverte de petits poils. La fleur se transforme en pompon soyeux qui ressemblent à des cheveux. Elle est toxique.

 

C’est une fleur de montagne, présente dans toutes les Alpes, mais également dans le Massif Central – de l’Aubrac au Mont Dore – et dans les Pyrénées. On la trouve entre 1000 m à 2700 m.

La couleur des anémones des Alpes varie en fonction de la nature du terrain. Blanches sur sol calcaire, elle deviennent jaunes (soufrées) sur sol siliceux et acides. C’est ainsi que l’anémone soufrée est souvent considérée comme une sous-espèce de la Pulsatille des Alpes.

 

Magique de faire de la chimie avec ce genre d’indicateur coloré!

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald


Plantain des alpes (Plantago alpina L.)

 

Les feuilles de ce plantain sont fines et disposées en rosette basale. Les épis floraux sont portés par des hampes cylindriques, longues et dressées. Ce plantain se rencontre uniquement en altitude (1200 à 2600 m) dans les prairies et les pâturages sur sol assez riche.

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

 

Trèfle alpin (Trifolium alpinum L.)

 

Il est appelé aussi trèfle des Alpes ou réglisse des montagnes ; c’est une petite plante très basse, formant parfois d’importantes touffes. On le rencontre exclusivement en montagne au-dessus de 1000 m d’altitude. Ses fleurs roses sont odorantes, et sa racine sucrée, à goût de réglisse, constitue une petite friandise lors de balades ou de randonnées .

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

Lotier des alpes (Lotus alpinus DC.)

 

Le lotier des Alpes possède des feuilles épaisses, presque crassulescentes, des tiges rougeâtres et des fleurs lavées de rouge.

Il est présent sur l’ensemble du territoire alpin dans les éboulis et pelouses alpines, sur sols riches entre 1500 et 2900 m.

 

Aussi appelé : Pied de poule ou Sabot du petit Jésus

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

Gentiane des alpes (Gentiana alpina)

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

La gentiane des Alpes ou Gentiana alpina est une plante des montagnes assez peu répandue que l’on trouve dans les Alpes bien entendu, mais également dans les Pyrénées. Elle fait partie de la famille des Gentianacea.

 

Plante d’altitude (elle est trouvée dans des pelouses situées entre 2000 et 2600 mètres) elle pousse sur des terrains siliceux et sa floraison intervient durant l’été (juillet-août).

 

Il ne faut pas la confondre avec la gentiane acaule ou gentiane de Koch (Gentiana acaulis) beaucoup plus répandue. Contrairement à ce que le nom suggère, cette dernière possède une petite tige alors que la gentiane des Alpes en est quasiment dépourvue.

 

Pour mémoire, nous sommes à environ 2100 m, sur terrain siliceux (présence d’anémones soufrées).

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald


Azalée couchée ou azalée des alpes ou azalée naine ( Loiseleuria procumbens)

 

On la trouve entre 1500 et 3000 mètres d’altitude

 

Certains auteurs placent cette espèce dans le genre Kalmia sous le nom Kalmia procumbens.

Le nom du genre Loiseleuria est un hommage à Jean-Louis-Auguste Loiseleur-Deslongchamps (1774-1849).

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

 

Anémone fausse renoncule (Anemone ranunculoides L.)

 

Cette anémone se reconnaît à ses fleurs jaunes qui pourraient la faire passer pour une renoncule.

 

Elle se rencontre normalement jusqu’à 1500 m. Ici nous sommes en fin de promenade, à 2000 m.

 

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

 

Pour compléter :

 

http://www.gaiya.ch/flore/l_imagette_jaunes.php

 

http://www.pbase.com/promeneur/flore_fribourgeoise

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Flore_des_Alpes

 

http://randonneessavoie.wordpress.com/2012/02/29/anemone-soufree/

 

http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/139513/tab/taxo

 

http://monerbier.canalblog.com/archives/2013/07/17/27662636.html

 

http://www.monde-de-lupa.fr/Medicinales/PagesMed/Plantago%20pg/Plantago.html

 

http://www.monde-de-lupa.fr/Medicinales/PagesMed/Primula%20pg/Primula.html

 

http://www.snv.jussieu.fr/vie/images_semaine/semaine_2008_10_20/imagesem_2008_10_20.html

 

vacances, suisse, flore, alpes, oberland bernois, grindelwald

Grindelwald (5) : Flore – 1

Il me faut aussi parler de la flore rencontrées lors de nos promenades à Grindelwald.

 

Voici les photos faites lors de la promenade Bachalpsee (2265 m) vers Waldspitz (1919 m).

 

Le terrain est assez humide ; il y a encore de la neige sur les chemins.

 

J’ai utilisé mon objectif habituel ( Canon 24-105 mm f:4 L) qui n’a pas les qualités de mon objectif macro (Sigma 150 mm f:2.8) pour les photographies rapprochées de fleurs.

 

Mes identifications sont celles d’un amateur ; elles ne sont donc pas certifiées. Avertissez moi si vous constatez une erreur.

 

Gentiane de Bavière ou bavaroise (Gentiana Bavarica L.)

 

En dépit de son nom bavarois, ce n’est pas sa seule terre d’élection. Sa première description le fut, non pas en Bavière, mais dans les Alpes Suisses.

 

Elle pousse dans les étages subalpin et alpin entre 1600 et 2500 mètres d’altitude.

 

Risque de confusion avec la gentiane printanière ( voir plus bas)

 

IMG_16328-pf-cadre1.jpg

 

IMG_16328-pf1-cadre1.jpg

Populage des marais (Caltha palustris L.)

 

Le populage des marais teinte les zones humides de ses magnifiques fleurs jaunes. Cette plante se rencontre au printemps, souvent en grosses touffes et en grandes colonies.

 

Dans les Alpes, on le trouve jusqu’à 2500 mètres d’altitude.

 

IMG_16329-pf1-cadre1.jpg

IMG_16334-pf-cadre1.jpg


Gentiane bleue

 

La Gentiane bleue est une fleur très couramment rencontrée dans les Alpes. C’est une espèce protégée qui pousse entre 1000 et 2500 mètres d’altitude.

 

Deux gentianes bleues se ressemblent fortement :

  • la Gentiane de Koch ou Gentiane acaule qui contrairement à ce que son nom indique possède une petite tige, l’intérieur de la corolle est tacheté de noir. Elle fleurit entre mai et août sur les pelouses ou les pentes rocailleuses.

  • la Gentiane des Alpes qui n’a pas de tige et dont l’intérieur est tacheté de vert. Elle fleurit en juillet et août.

Difficile de faire une attribution pour ces deux photos.

 

IMG_16331-bis-cadre1.jpg

 

IMG_16340-pf-cadre1.jpg


Bartsie des Alpes ( Bartsia alpina L.)

 

Le nom Bartsie ou Bartschie a été donné par Linné à cette plante aux couleurs tristes.

 

C’est une plante parasite qui tire les éléments nutritifs nécessaires à sa subsistance hors de la racine des autres plantes susceptibles de les leur fournir.

 

Elle croît dans les massifs de l’Europe méridionale, seulement sur les terrains calcaires humides ( c’est le cas ici) des étages subalpin et alpin et atteint dans les Alpes centrales près de 3000 mètres d’altitude.

 

IMG_16332-pf-cadre1.jpg


Renoncule alpestre (Ranunculus alpestris L.)

 

On prétend qu’elle prémunit du vertige les chamois et ceux qui les chassent !

 

Ce ravissant Bouton d’argent, calcicole, se trouve surtout dans les éboulis, dans les combes de neige, dans les fentes des rochers suintants, sur les gazons courts des étages subalpins.

 

Dans les alpes calcaires, elle atteint la limite de la végétation ( 2500 à 2950 m).

 

IMG_16335-pf-cadre1.jpg

 

Gentiane printanière ( Gentiana verna L.)

 

Cette gentiane est la première de la saison.

 

Ces fleurs bleues forment des tapis dans les pelouses et prairies subalpines.

 

Elle peut être confondue avec la gentiane de Bavière (G.bavarica) qui fleurit à partir de juillet.

 

Je ne suis donc pas certain de mes identifications !

IMG_16337-pf-cadre1.jpg


 

IMG_16337-pf1-cadre1.jpg

 

 

 

IMG_16337-pf3-cadre1.jpg

 



Primevère farineuse (Primula farinosa L.)

 

Elle pousse sur le bord des ruisseaux ou dans les prairies humides.

 

Ses fleurs sont rose pâle et assez petites. Sa tige et ses feuilles sont d’un blanc farineux si elles sont sèches.

 

On peut la trouver jusqu’à 3000 m.

 

IMG_16341-pf-cadre1.jpg

Renoncule à feuilles d’aconit (Ranunculus aconitifolius L.)

 

Cette renoncule se rencontre le long des torrents et dans les prés humide. Ses feuilles sont divisées jusqu’au rachis, ce qui permet de la différencier de la renoncule à feuilles de platane, dont les feuilles sont également profondément divisée mais pas tout à fait jusqu’au rachis. De plus, la renoncule à feuilles d’aconit est une plante plus robuste, à la tige épaisse et cassante.

 

Elle fleurit de mai à juillet. On le trouvera entre 1000 et 2500 mètres d’altitude.

 

IMG_16342-pf-cadre1.jpg

Trolle d’Europe (Trollius europaeus L.)

 

Cette Trolle est dite d’Europe car c’est la seule de ce continent, toutes les autres étant asiatiques.

 

Le nom est dérivé du latin « trulleus » : globuleux ; il indique bien la forme sphérique de la fleur, véritable boule d’or.

 

Cette fleur fermée empêche les abeilles et gros insectes d’assurer la pollinisation. Celle ci est donc réalisée par une petite espèce de mouche, c’est le principe de mutualisme.

 

De son habitat de plaine, elle atteint l’étage alpin jusqu’à 2800 mètres.

 

Cette plante est légèrement vénéneuse ; sa racine est purgative.

 

IMG_16343-pf-cadre1.jpg

 

Soldanelle des Alpes (Soldanella alpina L.)

 

On l’appelle aussi « Clochette des Alpes »

 

Dès le début de la fonte des neiges, cette plante encouragée par la chaleur, se fraye un passage au travers de la neige pas encore fondue. C’est un vrai perce-neige, surnom qu’elle possède dans la langue allemande : Schneeglöckl.

 

Elle fait partie de la famille des primevères (primulacées). Cette belle petite fleur mauve est très fragile et ne résiste pas aux manipulations.

 

Elle se plait sur les terrains calcaires, les roches primitives de l’étage subalpin et alpin et les combes neigeuses.

 

Ses limites inférieures et supérieures se situent respectivement à 650 et 2730 mètres d’altitude

 

IMG_16345-pf1-cadre1.jpg

 

IMG_16344-pf-cadre1.jpg

Anthyllide vulnéraire (Anthyllis vulneraria )

 

C’est une légumineuse faisant partie de la famille du pois (fabacées).

 

Les calices de ses fleurs sont velus, presque cotonneux.

 

On l’appelle communément « trêfle jaune »

 

On la trouve communément dans les prairies, au bord des chemins mais également dans les rocailles, les sols secs et calcaires et ce jusqu’à 3000 m d’altitude.

 

Plante aux multiples vertus: astringente, vulnéraire, dépurative, purgative.

 

 

IMG_16348-pf1-cadre1.jpg

 

IMG_16348-pf2-cadre1.jpg

 

Globulaire à feuilles en coeur (Globularia cordifolia L.)

 

Comme son nom l’indique, la globulaire est une fleur au capitule sphérique.

Elle apprécie les éboulis et rochers calcaires et fleurit de juin à août. Son altitude maximum : 2600 mètres.

Elle pousse en touffes serrées et profite de la moindre aspérité d’un rocher pour s’installer.

 

IMG_16350-pf-cadre1.jpg


IMG_16351-pf-cadre1.jpg


Pour compléter :

 

 

http://www.mon-ecrin-de-passions.com/album-1660943.html

 

http://flore-et-fleurs-suisses.blogspot.be/2010/03/thlaspi-alpestre-l.html

 

http://www.florealpes.com/index.php

 

http://www.alpengarten.ch/en/botanicalalpinegarden

 

http://www.pluct.fr/flore_alpestre_14.htm

 

http://sport-photos.pagesperso-orange.fr/Fleurs_de_nos_montagnes.html

 

http://www.pbase.com/promeneur/flore

 

http://plantesalpines.canalblog.com/archives/2009/11/17/15833573.html

 

http://www.couleursdemontagne.com/index.php?lng=fr

 

 

Et ce guide :

 

 

Paula Kohlhaupt : « Fleurs des alpages  1» , HATIER, 1969


IMG_16343-bis-cadre1.jpg


Grindelwald (4) : Autour de Grindelwald

Jeudi

 

La météo est plus clémente mais les nuages sont encore bien bas !

 

IMG_16422-pf-cadre1.jpg

Nous resterons donc sur les hauteurs de Grindelwald pour une petite promenade apéritive.

 

Les montagnes environnante reste encapuchonnées de nuages blancs.

 

IMG_16425-pf-cadre1.jpg

Avec, parfois l’apparition de l’un ou l’autre sommet.

 

IMG_16426-pf-cadre1.jpg

IMG_16434-pf-cadre1.jpg

 

IMG_16435-pf-cadre1.jpg

IMG_16466-pf-cadre1.jpg

 

IMG_16469-pf-cadre1.jpg

 

IMG_16473-pf-cadre1.jpg


Le glacier inférieur à bien reculé.

 

IMG_16441-pf-cadre1.jpg

 

IMG_16441-pf1-cadre1.jpg

 

Vers 1895

Grindelwald-glacier-001 1890-1900.jpg


Les paysages sont très beaux.

IMG_16443-pf-cadre1.jpg

 

IMG_16446-pf-cadre1.jpg

 

IMG_16448-pf-cadre1.jpg


Même le facteur se fait discret !

 

IMG_16430-pf-cadre1.jpg

 

IMG_16451-pf-cadre1.jpg

Ce vieux chalet attire notre attention. Les buches sont bien rangées pour l’hiver.

 

IMG_16454-pf-cadre1.jpg

 

IMG_16455-pf-cadre1.jpg

IMG_16453-pf-cadre1.jpg


Voila un astucieux bricolage ; il suffit de quelques bouteilles de plastique.

 

IMG_16436-pf-cadre1.jpg

 

Ici, on affiche toutes les cloches du troupeau. Sans doute des trophées de concours ?

 

IMG_16462-pf-cadre1.jpg

 

Nous passerons l’après-midi sur la terrasse de l’appartement, sans nous lasser de la vue.

 

IMG_16493-pf-cadre1.jpg

 

Devant nous, le décor autour de la gare de Grund ressemble au circuit de train de notre enfance.

 

 

IMG_16480-pf-cadre1.jpg

 

IMG_16483-pf-cadre1.jpg

 

 

IMG_16487-pf-cadre1.jpg

 

 

 

Grindelwald (3) : Thoune (Thun)

Mercredi

 

Aujourd’hui, c’est jour de pluie !

 

Nous décidons de visiter Thoune (Thun en allemand).

 

La ville est agréablement située à l’extrême ouest du lac éponyme et offre une merveilleuse vue (par temps clair !) sur les Alpes bernoises couvertes de neige.

La ville s’étend à l’endroit où l’Aar sort du lac , au pied du Schlossberg et se divise en deux bras pour traverser la ville.

Le petit îlot central est relié aux deux rives par deux ponts de bois couverts. Ils abritent un système de vannes destinées à réguler le débit et le niveau de l’eau.

 

IMG_16406-pf-cadre1.jpg

IMG_16407-pf-cadre1.jpg

 

IMG_16414-pf-cadre1.jpg


La vieille ville de Thoune est très agréable avec ses vieilles maisons et terrasses au bord de l’eau.

IMG_16412-pf-cadre1.jpg


Obere Hauptgasse est la rue principale de la vieille ville. Centre d’une grande animation, elle présente une particularité amusante : les terrasses fleuries des maisons servent de trottoir, de sorte que l’on marche sur les toits des boutiques installées dans les arcades du rez-de-chaussée.

 

IMG_16399-pf-cadre1.jpg

Plus loin, la Rathausplatz, entourée de maisons à arcades et ornée d’une fontaine fleurie, est dominée par le château.

 

IMG_16401-bis-cadre1.jpg

IMG_16402-pf-cadre1.jpg


Surplombant de toute sa taille la vieille ville, datant du Moyen-âge tardif, le château est un bâtiment d’habitation de style roman avec ses quatre tours d’angle.


IMG_16400-pf-cadre1.jpg

 

IMG_16404-pf-cadre1.jpg


Parmi les châteaux forts de Suisse, celui de Thoune occupe une place de premier rang.

 

Comme Chillon, Rapperswil et Bellinzone, il surveille l’une de nos plus importantes portes vers les Alpes, et par là une voie de communication dont on ne saurait ignorer la signification. Il donne à la ville une empreinte plus prononcée que ce n’est le cas à Zurich, Genève ou Lucerne.

 

 

Imposante construction, le château de Thoune revêt de plus une grande importance historique.

 

thun1800.jpg

On considère généralement comme ses bâtisseurs les ducs de Zaehringen, en particulier le dernier d’entre eux, Berchtold V.

 

Les recherches entreprises à propos des fortifications haut-moyenâgeuses de la colline du château ont donné des résultats fort intéressants. Certes, on savait qu’avant les Zaehringen, les seigneurs de Thoune avaient, au XIIe siècle, régné sur la vallée de l’Aar. Grâce à une analyse minutieuse, il a été possible d’explorer l’emplacement de leur château et de prouver que ce dernier se trouvait à peu près au centre de la colline, et non à l’endroit où les Zaehringen érigèrent plus tard leur forteresse.

 

Chose particulièrement intéressante: la structure de la bourgade des seigneurs de Thoune, caractérisée par des bâtiments assez espacés, a pratiquement subsisté. Elle correspond à celle du premier type des villes fondées au haut Moyen Age, avant tout aux XIe et XIIe siècles, avant la construction de sièges féodaux ou épiscopaux et de couvents.

 

IMG_16413-pf-cadre1.jpg

Nous retrouvons les nuages bien bas sur Grindelwald.

 

IMG_16418-pf-cadre1.jpg

IMG_16416-pf-cadre1.jpg

 

Pour compléter :

 

http://www.bls.ch/f/unternehmen/blsag-geschichte-schiff.php

 

http://www.wanderland.ch/fr/services/lieux/ort-0222.html

 

http://www.pbase.com/zobroc/thun

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Thoune

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lac_de_Thoune

 

http://www.swisscastles.ch/bern/thun.html

 

http://planetephotos.blog.tdg.ch/archive/2009/12/31/une-journee-a-thoune.html

 

http://petites-randonnees.blogspot.be/2013/05/110803-du-lac-de-thoune-au-schilthorn.html

 

http://www.bouts-du-monde.com/1eu/htm/suisse/11suisse.htm