Plateau du Heysel

Un dernier site pour terminer ma ballade du côté de Laeken : le plateau du Heysel.

J’y arrive à partir de Notre-Dame de Laeken.

Devant moi, un énorme espace vert apprécié des enfants des écoles en cette journée printanière.

J’ai difficile à ré-imaginer le site de l’exposition de 1958. Ce vide est hallucinant et dire que bientôt il pourrait disparaître, recouvert par l’un ou l’autre projet architectural

Heureusement, il reste un symbole qui paraît éternel : l’atomium qui ne devait durer qu’un instant.

56 ans après, il est toujours là avec ses boules rutilantes au soleil.

IMG_19103-cad-cadre3.jpg

IMG_19114-cad-cadre3.jpg

IMG_19111-cad-cadre3.jpg

 

IMG_19109-cad-cadre3.jpg

IMG_19110-cad-cadre3.jpg

IMG_19106-cad-cadre3.jpg

IMG_19108-cad-cadre3.jpg

 

Culminant à 102 mètres, sa charpente d’acier de 2.400 tonnes porte 9 sphères reliées entre elles et revêtues à l’origine d’aluminium. Il représente les 9 atomes du cristal de fer, une référence aux sciences – thème important de l’Expo 58 – et aux usages de l’atome en plein développement à l’époque.

 

Le plateau du Heysel est délimité par trois grands axes : le Domaine royal, la Chaussée romaine, qui ferme le plateau au niveau de la ligne de crête, l’A12 et l’avenue de Madrid qui le ceinturent du côté est.

 

Ce plateau sablonneux, en grande partie propriété de l’abbaye d’Affligem pendant des siècles, est resté rural jusqu’au début du 20è siècle… une sorte de bout du monde pour ses rares visiteurs. On y trouvait essentiellement deux fermes : celle du Verregat, qui a donné son nom à la Cité-jardin voisine et celle d’Ossegem.

 

Des carrières de pierre y furent exploitées dont la trace est toujours visible. Petits événements d’une vie d’autrefois qui ne manquent cependant pas d’intérêt.

 

Ce n’est qu’à partir des années ‘30, que le Heysel sera le site d’événements majeurs comme les expositions universelles et les rencontres sportives au stade du Centenaire désormais stade Roi Baudouin.

 

Son destin particulier n’est pas étranger à la volonté de Léopold II, qui va y mener, à partir de 1880, une politique systématique d’acquisition de terrains ; il en possèdera près de 200 hectares qui, à sa mort, feront partie de la Donation royale.

 

IMG_19113-cad-cadre3.jpg

Pour compléter :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Heysel

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Atomium

 

http://users.skynet.be/rentfarm/expo58/atomium/

 

http://fr.photojpl.com/-/O51gR63g9S/

 

 

Publicités