Provence, Alpes et Côte d’azur (synthèse)

Pour vous y retrouver dans les différentes rubriques publiées:

 

 

Rubrique Date d’édition
Le temps des vacances (1) 07/10/11 Introduction
Le temps des vacances (2) 08/10/11 Grignan, Carpentras, Roussillon
Le temps des vacances (3) 09/10/11 Aix-en-Provence
Le temps des vacances (4) 10/10/11 Saint-Pantaléon, Cavaillon, Oppède-le-vieux, Ménerbes, Lacoste, Bonnieux, Saignon, Apt
Le temps des vacances (5) 11/10/11 Les ocres de Roussillon
Le temps des vacances (6) 12/10/11 Manosque, Gréoux-les-Bains, Saint-Martin-de-Brômes, Allemagne-en-Provence, Riez
Le temps des vacances (7) 13/10/11 Les gorges du Verdon, le vautour fauve
Le temps des vacances (8) 14/10/11 Moustiers-Sainte-Marie
Le temps des vacances (9) 15/10/11 Grasse, Peillon
Le temps des vacances (10) 16/10/11 Sospel, Saorge, La Brigue, Chapelle N.D. des Fontaines
Le temps des vacances (11) 17/10/11 Saint-Martin Vésubie, Madone de Fenestres
Le temps des vacances (12) 18/10/11 Draguignan, Trans-en-Provence, Les-Arcs-sur-Argent
Le temps des vacances (13) 19/10/11 Domaine du Rayol
Le temps des vacances (14) 21/10/11 Chapelle Sainte Roseline
Le temps des vacances (15) 22/10/11 Le Thoronet
Le temps des vacances (16) 23/10/11 Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, Ganagobie
Le temps des vacances (17) 24/10/11 Montagne de Lure, Salagon, Forcalquier, Montfroc
Le temps des vacances (18) 25/10/11 Le Vieux-Noyers, Sisteron, la Pierre écrite, le Rocher de Dromon, le Prieuré de Vilhosc
Le temps des vacances (19) 25/10/11 Chateau de Rosières (Bourgogne), Fontaine-Française, Bèze

 

Le temps des vacances (19)

 

Jeudi 29 septembre

 

 

 

Nous rentrons, avec une étape au château de Rosières, en Bourgogne (Côte-d’Or)

 

« En ces lieux se trouvait une ferme que le duc Eudes IV céda en 1321 à Pierre de Saint-Seine afin qu’il y construise une maison forte destinée à défendre la frontière entre Bourgogne et Franche-Comté. Elle consistait à l’origine en un énorme donjon rectangulaire couronné de mâchicoulis couverts sur console sous une haute toiture de tuiles. »

 

Maintenant entouré de bâtiments d’exploitation agricole, le domaine de Rosières (manoir, basse-cour et communs) était autrefois entouré de murailles qui baignaient dans le fossé d’enceinte.

 

IMG_11289-bis-cadre4.jpg

 

Le principal élément de l’ancienne maison forte est un imposant donjon (21 m de long sur 13,50 m de large) des XIVe siècle et XVe siècle. Du fond des fossés subsistants jusqu’à la toiture, les murs, épais de 1,80 m, ont une hauteur de 19 m.

 

IMG_11288-bis-cadre4.jpg

 

Ce donjon « carré », bien préservé, présente tous les éléments caractéristiques des fortifications du Moyen Âge : ceinture de mâchicoulis en accolade à consoles formées d’un triple tore, chemin de ronde complet, échauguettes sur trois angles (il n’en subsiste qu’une de nos jours, à l’angle nord-ouest), meurtrières…

 

IMG_10719-bis-cadre4.jpg

IMG_10720-bis-cadre4.jpg

IMG_10721-bis-cadre4.jpg

 

 

Une grosse tour quadrangulaire (XIVe siècle) renforce le quatrième angle (sud-ouest) du donjon. Aujourd’hui, cette dernière n’a plus sa haute toiture à 4 pans surmontée d’un lanternon qui lui donnait une allure de clocher pittoresque comme en témoignent les peintures murales du pavillon (XVIIe siècle).

 

IMG_11290-bis-cadre4.jpg

 

Le donjon, lui, est couvert d’une toiture de pavillon à 4 pans reposant sur une magnifique charpente en chêne d’origine. Les combles sont très développés : hauteur de 12 m avec cheminée centrale comprenant 6 conduits.

 

IMG_10723-bis-cadre4.jpg

 

Le bâtiment abrite une très belle salle de réception avec une cheminée du XVe siècle et des baies et un plafond peint du XVIIe siècle.

 

IMG_10724-bis-cadre4.jpg

 

 

 

Dans ce donjon, on note aussi la présence d’une ancienne cuisine avec anneaux de suspension dans la voûte, de cheminées monumentales, d’un escalier à vis,… Il abrite surtout plusieurs chambres, aujourd’hui utilisées en chambres d’hôtes : la chambres « des ducs », entièrement refaite au XVIIe siècle par les Maillard (alcôve en anse de panier, armoiries et tableaux peints sur les embrasures des fenêtres), une chambre du XVe siècle possédant un carrelage verni avec quatre couleurs différentes et une double porte d’entrée à plis de serviettes simples, une autre chambre du XVe siècle avec cheminée, écusson à gaude de la Maison de Saint-Seine (mais fenêtre avec banc de pierre du XVIIe siècle) ainsi qu’une dernière, du XIVe siècle, au sommet de la tour quadrangulaire de flanquement (fenêtre à meneau et plafond composé de poutres en chêne côte à côte). Cette dernière tour abrite une pièce, dite « la prison », avec 4 anneaux dans la voûte et 2 meurtrières.

 

 

 

Il a fière allure au soleil couchant ou sous la brume du petit matin.

 

IMG_11300-bis-cadre4.jpg

 

IMG_11299-bis-cadre4.jpg

 

IMG_11301-bis-cadre4.jpg

IMG_11298-bis-cadre4.jpg

IMG_10726-bis-cadre4.jpg

 

 

Chemin faisant, nous saluons le château de Fontaine-Française .


« Il y avait là un puissant château fort où Henri IV fit halte deux nuits au moment de la bataille de Fontaine-Française. Il fut transformé en demeure de plaisance de 1754 à 1758.« 

IMG_10729-bis-cadre4.jpg

 

Classé parmi les plus beaux châteaux de la région, il incarne la perfection classique des grandes demeures françaises du Siècle des Lumières. Du vaste parc architecturé de tilleuls taillés en portiques au corps de logis de style Louis XV avec mobilier et décoration d’époque, il offre une remarquable unité de style. Dans les salons d’apparat, la salle des gardes et les appartements flotte le souvenir de ses belles châtelaines, Honorine de Grimaldi, princesse de Monaco et Madame de Saint Julien qui tenait un salon littéraire brillant fréquenté par Voltaire et madame de Staël.

 

 

 

IMG_10728-bis-cadre4.jpg

 

Et terminons par une visite du village de Bèze.

 

 

 

La tour d’Oysel est la deuxième tour des fortifications de l’abbaye dite de Bèze-Fontaine. Elle servait de colombier au XVIIIe siècle. Les murs ont 1,75 mètre d’épaisseur.

 

IMG_10731-bis-cadre4.jpg

 

Accolé à cette tour, il y a le « lavoir des sœurs ». Selon la légende elles y faisaient grand tapage pour distraire les moines voisins

 

IMG_10732-bis-cadre4.jpg

 

Pour compléter :

 

 

 

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Rosi%C3%A8res

 

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ch%C3%A2teau_de_Fontaine-Fran%C3%A7aise

 

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/B%C3%A8ze

 

 

 

 

 

IMG_10734-bis-cadre4.jpg

 

 

 

 

Voilà un périple terminé.

 

 

 

Nous espérons que ces reportages vous auront fait découvrir une vaste région pleine de petits endroits charmants, souvent hors des grands axes touristiques..

 

region_paca.gif

 

 

Le prochain périple est en préparation !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos très accueillantes chambres d’hôtes  :

 

 

 

http://www.valdevergy.com/vergy/index.html

 

 

 

http://tilleulsroussillon.free.fr/

 

 

 

http://www.gite-segries.fr/accueil.htm

 

 

 

http://domaineduparais.monsite-orange.fr/page1/index.html

 

 

 

http://www.lou-nieu.com/

 

 

 

http://www.provence.guideweb.com/chateau/montfroc/

 

 

 

http://www.chateauderosieres.com/mainfr.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le temps des vacances (18)

 

Mercredi 28 septembre

 

 

 

Au programme, quelques curiosités, et aussi une visite de la Vieille-Ville de Sisteron.

 

 

 

Un village quasi inaccessible avec notre voiture, le Vieux-Noyers, a été abandonné au lendemain de la guerre 1914-1918. Ceux qui restaient après l’hécatombe de cette guerre, ont préféré s’établir dans la vallée du Jabron.

 

IMG_11246-bis-cadre4.jpg

 

 

 

Au Vieux-Noyers (ou Haut-Noyers), l’ancien site du village, se trouvent notamment les restes du château du XIIIe siècle, les ruines de l’ancien village, et l’église Notre-Dame-de-Bethléem et Sainte-Euphémie, ou de Haut-Noyers.

 

 

 

Cette dernière, ancienne dépendance du prieuré de Ganagobie, a été construite au XIIIème siècle.

 

Dromon1-cadre4.jpg

 

C’est l’une des plus grandes églises du département (32 x 12 m). Sa nef comprend quatre travées en berceau brisé, qui débouche dans un chœur carré, voûté de la même façon, et éclairé par trois baies. Elle a été restaurée dans les années 1970.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sisteron est dominé par sa citadelle (XIIème – XVIème siècle) gardienne de la frontière vers le Dauphiné et les Grandes Alpes. Henri IV disait d’elle : « C’est la plus puissante forteresse de mon royaume ».

 

IMG_11251-bis-cadre4.jpg

 

La cathédrale Notre-Dame des Pommiers est la plus vaste et la plus noble église romane de Provence.

 

 

 

Bâtie entre le XIIe et le XIIIe siècle, elle dispose de trois nefs et de dimensions impressionnantes. Une coupole sur trompes surmonte l’entrée du chœur, élément caractéristique des monuments provençaux.

 

Dromon-cadre4.jpg

 

La tour de l’horloge rivalise avec les tours d’enceinte du XIVème siècle.

 

IMG_11259-bis-cadre4.jpg

 

Ici le talent d’un autre que Giono s’est épanoui, non moins fameux parmi les écrivains provençaux, le romancier et poète Paul Arène, attiré depuis cette frontière du Dauphiné par la lumière et la chaleur du midi.

 

 

 

IMG_11258-bis-cadre4.jpg

 

 

 

 

 

Quelque part au-dessus de Sisteron (Alpes de Haute-Provence), près du village de Saint-Geniez , dans une haute vallée dominée par le rocher du Dromon, plane encore le mystère de la ville perdue de Théopolis (« la cité de Dieu », en grec).

 

 

 

Son existence nous est seulement révélée par la « Pierre écrite », une inscription en latin gravée sur une paroi rocheuse, au bord de la route. Ce texte nous apprend qu’un certain Dardanus, aidé par son épouse et son frère, a rendu praticable le chemin de ce lieu « qui est nommé Théopolis » et a fortifié ladite cité de murs et de portes.

 

IMG_11262-bis-cadre4.jpg

 

Dardanus était un fonctionnaire romain qui vécut au Ve siècle ; chrétien, il correspondait entre autres avec saint Jérôme et surtout saint Augustin. Avant de fonder cette ville il exerça l’autorité de consul sur la province

 

IMG_11261-bis-cadre4.jpg

 

 

 

« Claudius Postumus Dardanus, homme illustre, revêtu de la dignité de Patrice, ex-consulaire de la province viennoise, ex-maître des requêtes, ex-questeur, ex-prêteur des Gaules, et Nevia Galla, noble et illustre dame, son épouse, ayant fait couper les flancs de la montagne de chaque côté, ont procuré un chemin viable au lieu dont le nom est Théopolis, lieu qu’ils ont fortifié par des murailles et des portes. Le travail, fait dans leur propriété particulière et destiné néanmoins par eux à servir à la sûreté de tous, a été exécuté avec l’aide de Claudius Lepidus, compagnon et frère du susdit, ex-consulaire de l’empire. Afin que leur sollicitude pour le salut de tous et un témoignage de la reconnaissance publique pussent être montrés par cette inscription.»

 

 

 

 

 

Non loin de Saint-Geniez, l’un des plus anciens habitats du pays dont l’église, dit-on, remplace un ancien temple dédié à Mithra, se dresse le curieux Rocher de Dromon : on a trouvé à son sommet des restes d’un oppidum, une petite cavité naturelle abrite le « fontaine du corbeau ».

 

 

 

Depuis cet observatoire, la perspective des montagnes écartelées par la Durance, force l’admiration.

 

IMG_11267-bis-cadre4.jpg


 

 

 

Au pied de ce rocher, on découvre la chapelle de Dromon.

 

IMG_11278-bis-cadre4.jpg

 

Dromon2-cadre4.jpg

 

La chapelle est constituée d’une nef centrale sans transept, qui donne directement sur une abside voûtée en cul de four, et d’une seule nef latérale, côté sud.

 

IMG_11275-bis-cadre4.jpg

 

L’arc doubleau et la banquette presbytérale datent du XIe siècle; le voûtement, lui, est du XVIIe siècle et a quelque peu été restauré.

 

IMG_11268-bis-cadre4.jpg

 

Des deux côtés de l’autel, les chapiteaux à feuille d’acanthe sont en albâtre, sans doute issus de l’ancienne carrière située au bord de la rivière « Le Vanson ».

 

 

 

La crypte, quant à elle, date du haut moyen-âge et aurait été édifiée autour de l’an mille.

 

 

 

Elle a les mêmes arcs doubleaux que la chapelle supérieure: ils divisent en trois travées la nef, voutée en berceau.

 

 

 

Les arcs sont soutenus par des impostes en grès qui reposent sur des chapiteaux d’albâtre sculptés.

 

 

 

Le premier représente un paon et un bélier, le second des gerbes de blé; leurs bases sont moulurées de tores.

 

Dromon3-cadre4.jpg

 

Elle est petite cette crypte ; le temps lui a ravi son absidiale nord.

 

 

 

Elle abrite un rocher que des mains et des lèvres ont usé. Les femmes frappées de stérilité venaient peut-être y demander là des fils vigoureux pour conduire les troupeaux hérissés de béliers tout semblables à ceux qui hantent les chapiteaux.

 

IMG_11273-bis-cadre4.jpg

 

 

 

 

 

Il reste un précieux témoignage de l’art pré-roman et roman primitif dans le prieuré de Vilhosc avec une magnifique crypte à triple abside soutenue par de puissants piliers dont un, étrangement, conserve en son milieu une pierre mobile, arrondie et lisse.

 

IMG_11280-bis-cadre4.jpg

 

Dromon4-cadre4.jpg

 

La crypte dédiée à St-Gervais date du premier art Roman (XIème s.)

 

 

 

 

 

Aujourd’hui, certains piliers ont été renforcés pour soutenir le poids de la grange située au-dessus de la crypte.

 

IMG_11286-bis-cadre4.jpg

 

J’ai retrouvé dans un guide acheté en 1971, une photo plus ancienne de cette crypte qui ne mérite vraiment pas cet abandon.

 

P1000406-cadre4.jpg

 

Ce prieuré a fait l’objet de plusieurs articles par la qualité de son architecture .

 

 

 

Classé Monument Historique, il ne reste de l’édifice primitif que la crypte surmontée des bâtiments d’une ferme ayant remplacé l’église. Les auteurs divergent sur les dates de construction. Si une partie de la crypte située à l’est est datable des Xe-XIe siècles, il faudrait dater pour certains l’autre partie des Ve-VIe siècles. Le site du prieuré recèle en outre de nombreux éléments révélant une occupation gallo-romaine, monnaies, tegulae, poteries, ainsi que des sépultures de type indéterminé. Il est probable que l’édifice a servi d’église paroissiale durant la période du Moyen Age avant la construction d’une église à Vilhosc même. C’est ce qui apparaît lors de la visite de l’évêque en 1602 où les consuls font remarquer que les paroissiens allaient autrefois en procession à l’église Saint-Gervais pour assister à la messe le dimanche qui suit la fête de Pâques. Ils font remarquer également que le cimetière attenant renferme bon nombre de morts enterrés.

 

 

 

 

 

 

 

Sur le plan artistique, les Alpes du Sud se situent dans l’aire d’expansion du premier art roman qui se développa de la Lombardie à la Catalogne. Importé par les Italiens, il se caractérise par la simplicité du plan, l’aspect massif des volumes et la rusticité de la construction.

 

 

 

Les églises, de dimensions modestes, possèdent rarement un transept, ont une nef unique voûtée en berceau ou charpentée, une abside en cul-de-four et des ouvertures étroites. L’appareillage est irrégulier, la décoration réduite : bandes lombardes, corniches festonnées.

 

 

 

Les plus beaux exemples en sont les églises St-Donat, St-Martin à Volonne, les cryptes de N.-D.-de-Dromon et de Vilhosc, près de Sisteron.

 

 

 

Le 12e s. et le début du 13e s. voient le plein épanouissement de l’art roman, qui tend à privilégier l’équilibre des masses, la proportion des ouvertures, l’élégance des courbes, tandis que l’utilisation de la belle pierre de taille (parfois polychrome) se répand.

 

 

 

Cependant, en s’élevant en altitude, le caractère rustique et archaïque persiste, et, dans le Briançonnais, le Queyras, l’Ubaye et l’Embrunais, l’architecture emprunte encore beaucoup de ses traits à la Lombardie et au Piémont.

 

 

 

De plan basilical, les églises sont ornées d’un porche à baldaquin (le réal) reposant sur des lions accroupis comme à Embrun, Guillestre, St-Véran et La Salle-les-Alpes.

 

 

 

Les sveltes clochers à baies sont surmontés d’un toit pyramidal.

 

 

 

En haute Provence, des bâtiments puissants sont ornés d’un décor antiquisant (St-Michel-l’Observatoire, Notre-prieuré de Salagon, Carluc, les cathédrales de Digne, Senez, Sisteron). L’emploi du calcaire dur, difficile à sculpter, explique la sobriété de la décoration. Une exception cependant : le tympan du prieuré de Ganagobie qui possède, en outre, de remarquables mosaïques.

 

 

 

L’art roman se prolonge aux 13e s. et 14e s. avec l’édification de la cathédrale de Forcalquier, de l’église St-Sauveur de Manosque, des églises de Seyne-les-Alpes et de Bayons.

 

 

 

Pour compléter :

 

 

 

 

 

http://l-univers-d-esclarmonde.over-blog.com/article-le-vieux-noyers-79626683.html

 

 

 

http://l-univers-d-esclarmonde.over-blog.com/article-le-vieux-noyers-suite-et-fin-79654573.html

 

 

 

http://www.cartesfrance.fr/carte-france-ville/photos_04139_Noyers-sur-Jabron.html

 

 

 

http://www.france-secret.com/pilat_11.html

 

 

 

http://thot-arqa.org/arcadia/webzine/webzine_no7.html

 

 

 

http://www.gites-etape-provence.fr/le-chemin-de-saint-jacques.html

 

 

 

http://saint-geniez.net/chabert/chabert2.html

 

 

 

http://chapelles.provence.free.fr/liste.html#retouralpesdehauteprovence3

 

 

 

http://regardsdupilat.free.fr/theopolis.html

 

 

 

http://dignois.fr/Vilhosc/

 

 

 

http://entrepierres.net/lieu/crypte_1.htm

 

 

 

http://www.paca.culture.gouv.fr/banqueImages/imago/resultat.php?COM=&DENO=&DPT=&MODE=simple&NB=&SERV=crmh&TICO=crypte+de+Vilhosc,+prieur%E9+de+Vilhosc+%28ancien%29&termes=

 

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Art_roman_proven%C3%A7al

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le temps des vacances (17)

 

Mardi 27 septembre

 

 

 

Nous logeons au château de Montfroc, village de la vallée du Jabron.

 

salagon-cadre4.jpg

 

De la chambre, une jolie vue sur la montagne de Lure.

 

IMG_11243-bis-cadre4.jpg

 

 

IMG_11199-rec-cadre4.jpg


Et, le soir, en prime, le brame d’un cerf observé au fond de la vallée au coucher du soleil.

 

 

 

Aujourd’hui, nous explorons le versant sud de cette montagne de Lure : Sault, le plateau d’Albion, Revest-du-Bion, Banon, Mane et le prieuré de Salagon, Forcalquier.

 

lure.jpg

 

Par après, notre hôte nous a appris que nous avons longé la zone militaire où avaient été stockés des missiles stratégiques. Cette zone est aujourd’hui démilitarisée dans sa partie nucléaire mais l’activité militaire reste présente.Seul point positif dans cette occupation militaire, les routes sont démesurément larges et leur revêtement est impeccable.

 

 

 

C’est dans ce pays de la montagne de Lure souvent désertique que les héros nés de l’imaginaire littéraire de Jean Giono — Gédémus le rémouleur, Arsule, Panturle de « Regain » et bien d’autres — et ceux faits de chair et d’os ont semé de petits cailloux blancs.

 

Pour l’itinéraire, le choix est vaste. La carte fait déjà rêver qui égrène les hauts lieux du célèbre Manosquin : Revest-du-Bion, Banon, Redortiers, Saint-Pancrace, Ongles… Chaque vallon ouvre un accès sur cette montagne de Lure qui a inspiré les premiers livres de Giono, né à Manosque en 1895.

 

Une des plus belles façons d’inscrire ses pas dans ceux d’un auteur qui a donné à la Provence ses lettres de noblesse est de partir du bureau de tabac de Sault — là où Gédémus, le rémouleur de « Regain », faisait provision de tabac gris — pour s’engager dans l’ancien chemin menant à Saint-Trinit.

 

 

 

En poursuivant vers l’est, direction Revest-du-Bion et Redortiers, on se retrouve dans un autre des hauts lieux gioniens. Alors qu’il était encore un employé du Comptoir national d’escompte à Manosque, Jean Giono rend un jour visite à un client, dernière âme à vivre au Vieux-Redortiers. Cet homme deviendra le Bouscarle d’« Ennemonde et autres caractères ».

 

 

 

Ceux qui l’ont lu se souviendront que c’est à Banon que se tient le marché au blé de « Regain » et dans l’hôtel-restaurant Les Voyageurs, ils reconnaîtront le Café du cercle où la patache fait halte. Vous en doutez ? Alors, poussez la porte du Bleuet, une extraordinaire librairie de village. Sur trois niveaux, et des milliers de livres, Joël Gattefossé a mis Giono à l’honneur sur ses rayonnages.

 

 

 

 

 

En cours de route, ces vieilles maisons qui semblent revivre

 

 

 

IMG_11201-bis-cadre4.jpg

 

 

 

cette « borie »

 

 

 

IMG_11202-bis-cadre4.jpg

 

 

 

et cette mante religieuse à l’affût dans un fossé.

 

 

 

IMG_11207-rec-cadre4.jpg

 

 

 

En dépit de leur nom, « mauvaise cabane » en provençal, la construction des bories s´appuie sur une technique pourtant complexe et des plus difficile à reproduire.

 

Résultat d´un empilement de pierres sèches non jointées dont les murs peuvent atteindre jusqu´à 2 mètres d´épaisseur, cet ensemble architectural défie les lois de l´équilibre avec notamment ses toitures en encorbellement.

 

La construction ne s´improvisait pas, elle respectait des règles très précises pour éviter le phénomène du château de cartes : une seule pierre vacille et c´est tout l´ensemble qui s´écroule. Sans l´adjonction d´un quelconque matériau -ciment ou mortier- les forces devaient s´équilibrer parfaitement pour assurer la stabilité de l´ensemble.

 

Le choix des pierres était essentiel, absolument sèches elles étaient calibrées par taille les plus lourdes et les plus volumineuses servant aux fondations. Puis on élevait le mur par empilement d´éléments plus légers, assemblés entre eux selon un strict positionnement.

 

N´est pas bâtisseur qui veut, savoir-faire et coup d´œil infaillible étaient les qualités requises indispensables pour que l´empilement d´environ deux cent mille pierres sèches passe l´épreuve des siècles. Partout, l´esthétique se conjugue à l´exploit technique, comme en témoigne le cabanon ……..

 

D´utilité agricole et pastorale, les paysans s´en servaient comme cabanes à outils et habitations provisoires. Les plus spacieux servaient de bergeries, ils abritaient bergers et troupeaux entre deux transhumances.

 

 

 

Salagon est un lieu rempli d’histoire, de l’Antiquité à nos jours. Exploitation agricole à l’époque gallo-romaine, le site a été christianisé dès l’antiquité tardive.

 

IMG_11213-bis-cadre4.jpg

 

vacances,paca,haute-provence,montfroc,salagon,montagne de lure


 

Cet ancien prieuré bénédictin conserve son église romane à deux nefs. Un logis Renaissance, deux cours caladées, des dépendances à usage agricole (XVIème – XIXème siècle) complètent cet ensemble.

 

salagon3-cadre4.jpg

salagon4-cadre4.jpg

 

Des vitraux contemporains, œuvres de l’artiste Aurélie Nemours, sont venus parfaire l’église en 1998.

 

IMG_11232-bis-cadre4.jpg

 

 

 

De magnifiques jardins « ethnobotaniques » entourent le monument, mettant en évidence l’histoire des relations entre les hommes et leur environnement végétal en Haute-Provence.

 

IMG_11226-bis-cadre4.jpg

 

Le jardin médiéval fait découvrir l’histoire des plantes dans l’Occident d’avant la Renaissance.

 

 

 

Le jardin des temps modernes illustre le grand voyage des plantes.

 

 

 

Le jardin des simples et des plantes villageoises rassemble les plantes utilisées par la société traditionnelle haut-provençale.

 

 

 

Le jardin des senteurs permet de découvrir la subtilité du dialogue des sens avec les plantes.

 

salagon1-cadre4.jpg

 

 

 

Et, butinant les dernières fleurs de la saison, le Xylocope.

 

salagon2-cadre4.jpg

 

Il y a 4 espèces de Xylocopa en France :

 

X. iris (Christ 1791)
X. violacea (L. 1758)
X. valga Gerstaecker 1872
X. cantabrita Lepeletier 1841

 

 

 

Le plus courant est le Xylocope violet (Xylocopa violacea).

 

 

 

 

 

Et un joli lézard peu farouche.

 

IMG_11212-bis-cadre4.jpg

 

 

 

Nous terminerons la journée avec un « Périer-menthe », au pied de l’église de Forcalquier.

 

 

 

salagon5-cadre4.jpg

 

 

 

Pour compléter :

 

 

 

 

 

http://www.dossierfamilial.com/loisirs/voyages/dans-les-pas-de-giono-la-montagne-de-lure,5812

 

 

 

 

 

 

 

http://www.capcomespace.net/dossiers/espace_europeen/albion/albion_aujourdhui_ZL.htm

 

 

 

 

 

http://rr0.org/org/eu/fr/dn/base/Albion/

 

 

 

 

 

http://musee-de-salagon.com/

 

 

 

http://www.frenchgardening.com/visitez.html?pid=12106842871475626

 

 

 

 

 

IMG_11238-rec-cadre4.jpg

 

 

 

 

 

Le temps des vacances (16)

 

Lundi 26 septembre

 

 

 

Nous commençons notre dernière semaine des vacances.

 

 

 

Avant de mettre la cap au nord, un petit détour par Saint-Maximin-la-Sainte-Baume s’impose.

 

 

 

Ensuite vers le nord pour visiter le prieuré de Ganagobie et saluer au passage les « Pénitents » de Mées.

 

 

 

 

 

 

 

La basilique Sainte-Marie-Madeleine, véritable trésor architectural, est un monument majeur en Provence.

 

generale.jpg

 

En 1295, Charles II d’Anjou découvre des ossements sur le lieu que la tradition désigne comme le tombeau de sainte Marie-Madeleine. « L’invention » des reliques lui permet d’obtenir du pape l’autorisation d’édifier une église majestueuse pour leur culte.

 

 

 

Différents architectes ont travaillé sur cet édifice sans toutefois en perturber l’unité. En 1532, après 237 ans, il est décidé de mettre fin aux travaux et la basilique restera inachevée: le portail de l’entrée principale et le clocher ne seront jamais édifiés.

 

L’aspect trapu de la basilique est due à l’absence de clocher, à sa façade inachevée, aux contreforts massifs qui soutiennent, en s’élevant très haut, les murs de la nef.

 

Saint Maximin7-cadre4.jpg

 

C’est le plus important exemple de style gothique en Provence, mêlant des influences du Nord, de Bourges en particulier, aux traditions architecturales locales.

 

 

 

Conçue pour accueillir les foules de pèlerins venant honorer les reliques, ses dimensions sont impressionnantes: la nef, élevée à 29 mètres sous clef, s’étend sur une longueur de 72,60 mètres pour une largeur de 13,20 mètres et se compose de neuf travées. La sixième travée, lieu le plus vénérable de l’édifice, est construite sur la crypte et abrite les deux chapelles d’honneur dédiées respectivement à sainte Marie-Madeleine et à saint Dominique.

Saint Maximin3-cadre4.jpg

Ce lieu est aussi l’écrin de véritables joyaux : décorations monumentales du XVIIe siècle, stalles et médaillons du frère dominicain Vincent Funel ainsi que le retable de la Passion d’Antoine Ronzen dit « le Vénitien » datant du XVIe siècle.

 

IMG_11170-bis-cadre4.jpg


 

IMG_11171-bis-cadre4.jpg



 

Saint Maximin4-cadre4.jpg

 

 

 

La chaire, sculptée en 1756, par le frère Louis Gudet, est en bois de noyer. Sa rampe est sculptée en un seul bloc et la balustrade contient 7 médaillons représentant des scènes de la vie de Sainte Marie-Madeleine.

 

IMG_11169-bis-cadre4.jpg

 

Chef d’œuvre du frère dominicain Jean Esprit Isnard, l’orgue , construit de 1772 à 1774, est l’un des très rares grands instruments d’Europe à avoir conservé l’intégralité de ses 2960 tuyaux d’origine.

 

IMG_11155-bis-cadre4.jpg


 

Unique tant par sa conception que dans sa réalisation, cet instrument, connu des organistes du monde entier, est considéré par tous comme une géniale réussite de la facture d’orgue.

 

orgue st max.jpg

 

Dans la crypte, le sarcophage de la sainte et aussi d’autres sarcophages, dont celui de saint Sidoine

 

Saint Maximin5-cadre4.jpg

 

 

 

Le cloître du Couvent Royal adossé à la basilique, est d’une grande pureté de ligne, avec un jardin abondant et varié.

 

 

 

C’est dans un cadre prestigieux, empreint de sérénité, que se trouve le cloître dont les travées sont entourées de bâtiments conventuels. La structure du cloître présente le gothique dans sa plus rigoureuse simplicité. Ses proportions s’harmonisent avec les édifices qui les entourent. Au centre, un jardin bordé de haies et de cèdres dans lequel se trouve un puits construit au XIVème siècle, dont la margelle date du XVIIème siècle.

 

 

 

Saint Maximin6-cadre4.jpg

 

 

 

 

 

Le monastère de Ganagobie a été fondé au Xème siècle par l’évêque de Sisteron, qui en fit la donation en 965 à l’abbaye de Cluny. Les moines achèvent la construction du monastère actuel au XIIème siècle, 12 à 15 moines y travaillaient la terre et exploitaient la forêt au XIVème siècle.

 

Saint Maximin8-cadre4.jpg

 

Tombé ensuite à l’abandon puis restauré à nouveau, l’église présente aujourd’hui un portail original très ouvragé et à l’intérieur de superbes mosaïques du XIIème.

 

IMG_11173-bis-cadre4.jpg


 

IMG_11186-bis-cadre4.jpg


 

« On retrouve au tympan de Ganagobie le thème du Christ en majesté dans une mandorle entre les quatre animaux, attributs des Évangélistes ; les apôtres figurent sur le linteau, inscrits sous huit arcs surbaissés. Il s’agit d’une sculpture rustique, souvent maladroite ; les figures sont raides, les drapés secs ; seul le lion et le taureau, qui se retournent brusquement vers l’apparition divine, donnent un peu de vie à l’ensemble. Le portail a été défiguré, peut-être au XVIème siècle, par le découpage de lobes qui affectent maintenant les voussures, le linteau et les piédroits.

 

 

 

D’autres tympans similaires : Saint-Trophime à Arles, Saint-Gilles-du-Gard

 

 

La mosaïque de Ganagobie, dans le chevet de l’église, est datée de 1125, suivant une inscription relevée sur celle-ci.

 

 

 

Par son extension (72 m²) et sa richesse ornementale, elle est un ensemble unique en France.

 

 

 

Le décor est somptueux, mêlant motifs figurés, végétaux et géométriques. Dans des médaillons enlacés sont figurés un éléphant portant un édifice fortifié, des griffons, des lions, des volatiles aux pattes griffues ; des frises montrent des lions affrontés ; des tapis entourés d’entrelacs portent des motif de palmettes ou d’entrelacs.. … Et encore des signes du zodiaques et surtout deux cavaliers symboles des forces du bien terrassant celles du mal.

 

 

 

Les animaux fantastiques se réfèrent au « bestiaires » médiévaux mais aussi, par leur disposition, aux tapis et tissus orientaux parfois importés en Occident, notamment pour envelopper les reliques. »

 

 

Référence : Yves Esquieu, Art Roman en Provence, Ed, J-P. Gisserot, 2003

 

 

 

 

 

 

Saint Maximin2-cadre4.jpg

 

Saint Maximin-cadre4.jpg

 

Saint Maximin1-cadre4.jpg


Le domaine a été donné à la communauté Sainte-Madeleine de Marseille à la fin du siècle dernier pour y rétablir une vie monastique bénédictine.

 

 

 

IMG_11190-nb-cadre4.jpg

 

IMG_11193-rot-cadre4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Sur la commune des Mées se trouve une conformation géologique très particulière, nommée « Les Pénitents ».

 

IMG_11195-bis-cadre4.jpg

 

Ce nom provient de la forme d’une masse rocheuse très découpée, à côté du village, qui évoque un groupe de moines coiffés de capuches pointues. Celle-ci est le résultat de l’érosion sur le substrat rocheux, qui possède des irrégularités de cohésion, et conduit donc à des zones proéminentes et à d’autres surcreusées. Ce substrat est la « formation de Valensole », conglomérat formé par une accumulation de débris subalpins au cours de la fin du Miocène et du Pliocène, épais de plusieurs centaines de mètres. Bien que la façade des Pénitents évoque des formes rocheuses plus ou moins coniques, il s’agit d’un ensemble de crêtes et de minuscules canyons, s’interrompant simultanément sur un plan vertical. Cette formation s’étire sur environ un kilomètre, et la falaise la plus haute atteint 114 mètres.

 

IMG_11196-bis-cadre4.jpg

 

On les appelle les « Pénitents des Mées » en raison de leur silhouette ; d’après la légende, ils représentent les moines de la Montagne de Lure qui ont été pétrifiés (au sens propre) par saint Donat au temps des invasions sarrasines pour s’être épris de belles jeunes femmes Mauresques qu’un seigneur avait ramenées d’une croisade.

 

 

 

Les rochers ressemblent effectivement à une procession de moines avec leur cagoule pointue que l’on devine alors honteux de leurs désirs….

 

IMG_11197-bis-cadre4.jpg

 

 

 

Pour compléter :

 

 

 

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Maximin-la-Sainte-Baume

 

 

 

http://afsmm.assoc.pagespro-orange.fr/stmaximin.htm

 

 

 

http://www.uquebec.ca/musique/orgues/france/smaximinp.html

 

 

 

http://www.st-maximin.fr/basilique/index.php

 

 

 

http://www.fondation-patrimoine.org/fr/provence-alpes-cote-d-azur-21/tous-les-projets-980/detail-basilique-a-saint-maximin-la-sainte-baume-2645

 

 

 

http://barjols.net/21-saintmax.htm

 

 

 

 

 

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Monast%C3%A8re_de_Ganagobie

 

 

 

http://www.ndganagobie.com/historique.htm

 

 

 

 

 

Le temps des vacances (15)

 

Dimanche 25 septembre

 

 

 

Tient, il pleut !

 

 

 

Nous serons à l’abri sous les voutes de l’abbaye du Thoronet, avec en prime, un très bel office dominical accompagné de chants grégoriens très agréables à écouter.

 

 

 

Chant sacré par excellence, chant liturgique depuis quinze siècles, mais aussi chant de l’âme et du corps, le chant Grégorien prend ici une dimension unique grâce à la résonance exceptionnelle de l’église du Thoronet.

 

 

 

Pour les moines bâtisseurs, la parole y était tout entière louange chantée au Créateur!

 

 

 

Les Chantres du Thoronet proposent une interprétation authentique de ce chant, en s’appuyant sur les directives des auteurs anciens. La proclamation ouverte des textes sacrés, la justesse des intervalles  musicaux traditionnels redonnent à ce chant la force d’une prière de tout l’être, où écouter peut devenir un premier pas vers la vision de Dieu (St Bernard de Clairvaux). 

 

 

 

 

L’abbaye fut construite entre la fin du XIIème et le début du XIIIème siècle ; la Provence qui appartenait à cette époque au Saint-Empire romain germanique.

 


Très tôt, l’abbaye connut une certaine renommée et de nombreux dons lui furent adressés. Mais au XIVème siècle, tout comme beaucoup d’autres abbayes cisterciennes, l’abbaye du Thoronet connu le déclin. Par la suite, les révoltes internes et les guerres de religions amplifièrent ce phénomène et entraînèrent l’abandon des lieux par les moines.

L’abbaye fut vendue au moment de la Révolution Française puis rachetée par l’État en 1854. Depuis cette date, l’abbaye fut rénovée et réhabilitée petit à petit.

 

 

 

L’abbaye cistercienne du Thoronet est l’une des « trois sœurs provençales », avec les abbayes de Sénanque et Silvacane.

 

 

 

L’ensemble du monastère présente une architecture de la plus belle époque romane de Provence, dégageant une impression d’unité et de grande sérénité.

 


L’abbaye du Thoronet exprime l’essence même de l’art cistercien fait de dénuement extrême, de pureté des lignes, de simplicité de volumes, de rigueur inspirés par Saint Bernard.

 

IMG_11143-bis-cadre4.jpg

 

 

 

L’église abbatiale  est de pur style cistercien : ses lignes et ses volumes sont très simples et l’absence de décor met en valeur la beauté de la pierre.

 

IMG_11147-bis-cadre4.jpg



 

 

 

Les proportions de l’église sont très proches de celles de Silvacane et de Sénanque. La longueur de la nef est de 40,50 m, pour une largeur de 19,50 m et une hauteur de 16,45 m.Cette église n’a pas de transept.


 

Thoronet4-cadre4.jpg


 

 

 

Ancien lieu de prière exprimée dans le chant, cette église bénéficie d’une acoustique remarquable.

 

Les Cisterciens étaient maîtres dans l’art de des constructions religieuses. La perte de leurs connaissances architecturales, entrainant une forte baisse des qualités acoustiques des bâtiments, engendra l’apparition des orgues dans les églises…

 

 

 

 

 

Le cloître de l’abbaye est l’un des plus ancien cloître cistercien conservé (1175). Les arcades massives des galeries sont divisées chacune par deux baies retombant sur une colonne.

 

Thoronet1-cadre4.jpg



 

 

 

Une terrasse couvre le cloître, de forme trapézoïdale afin d’éviter la monotonie rectangulaire, sur lequel on peut admirer la coupole hexagonale abritant la fontaine,


 

Thoronet2-cadre4.jpg

juste en face de l’entrée du réfectoire, aujourd’hui disparu.


 

Au Thoronet, l’eau coule en maints endroits, des cuisines au lavoir. En 817 le concile d’Aix-en-Provence a fait obligation aux moines de laver eux-mêmes leur linge, avec une préparation à base de savon, d’eau chaude et de cendres. Mais c’est surtout le lavabo, aménagé près du réfectoire dans une vasque de pierre qui permet d’évoquer le rôle de l’hygiène et de l’eau dans la communauté.

 

 

 

Plusieurs fois par jour – avant et après les repas, ou en préalable à l’office – , les moines se lavent les mains. Les bains de pied, les soins du corps et des cheveux, l’entretien de la tonsure ou la coupe des ongles sont également réglementés ; des jours sont choisis pour raser la barbe et d’autres pour pratiquer la saignée, quatre fois dans l’année ….

 

 

 

Les frères déploient donc des trésors d’ingéniosité pour capter l’eau, selon les exigences du terrain. Cette maitrise leur permettra de faire tourner les moulins. Robuste et dépouillé, le cloître du Thoronet est ainsi construit en pente douce, sur différents niveaux.

 

 

 

 

 

 

Thoronet-cadre4.jpg

 

 

 

C’est autour de ce cloître que vivaient les moines, on y trouve leurs différents espaces de vie comme le parloir, le réfectoire, et les dortoirs.

 

 

 

Thoronet3-cadre4.jpg

 

Les voûtes d’ogives de la salle Capitulaire reposent sur deux chapiteaux rudement taillés, ornés de motifs puisés dans la flore locale.

 

 

 

 

 

IMG_11134-bis-cadre4.jpg

 

Pour compléter :

 

 

 

http://thoronet.monuments-nationaux.fr/

 

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_du_Thoronet

 

 

 

http://www.romanes.com/Thoronet/

 

 

 

http://lsinzelle.free.fr/france/provence/thor/thoronet.htm

 

 

 

http://www.coeurduvar.com/Abbaye-du-Thoronet.html

 

 

 

http://www.proxirama.net/abbaye/accueil_abbaye.htm

 

 

 

http://chantgregorien.over-blog.com/

 

 

 

IMG_11132-nb-cadre4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

IMG_11141-nb-cadre4.jpg