Octobre au jardin

IMG_11356-bis-cadre3.jpg

Le temps des vacances (8)

 

Lundi 19 septembre (suite)

 

Au retour de notre ballade dans les gorges du Verdon, nous profitons du soleil en fin de journée pour revisiter Moustiers, cette fois avec mon appareil photo resté, la veille, a l’abri des intempéries.

 

Moustiers est une jolie petite ville située dans un cadre magnifique.

IMG_10955-bis-cadre4.jpg

Brillant de l’éclat doré de son étoile et argenté de ses oliviers, elle se présente comme un fin bijou serti dans le roc abrupt, de part et d’autre d’une profonde crevasse, avec pour écrin les vertes prairies de la vallée fertilisée par le grand lac de Sainte-Croix.

 

IMG_10938-bis-cadre4.jpg

Ses maisons qui se bousculent,

IMG_10944-bis-cadre4.jpg

son pont sur un torrent cascadant,

IMG_10947-bis-cadre4.jpg

son église romane au clocher de style lombard,

 

sa chapelle Notre-Dame-de-Beauvoir

IMG_10948-bis-cadre4.jpg

 

forment un tableau adorable sur lequel veille l’étoile dorée du chevalier de Blacas accrochée à une chaîne de 227 mètres de long tendues entre deux pics vertigineux.

 

Les ruelles de Moustiers enchantent par leur côté enchevêtré, où, après avoir gravi d’étroits escaliers à pic, on se retrouve sur des places insoupçonnées, cachées derrière les façades rouges et jaunes des maisons, aux toits recouverts de tuiles. Au gré des petites fontaines de pierres et des ruelles ombragées, on parvient au centre de la cité : la place de l’église.

IMG_10951-bis-cadre4.jpg

L’église Notre-Dame qui fut à l’origine la chapelle d’un monastère important.

 

Le clocher roman en pierres de tuf, à plan carré de vingt-deux mètres de hauteur en quatre étages aux ouvertures géminées, soulignés par des bandes lombardes (bandes en relief reliées par des arcatures) est l’un des plus beaux clochers de Provence.

 

Datant du XIIème siècle, il fait partie des quatre ( ou trois?) « clochers mouvants » recensés en Europe, construits avec tant d’habileté qu’ils bougeaient en même temps que les cloches. Pendant longtemps, on crut à une défaillance de la construction ce qui entraîna un renforcement des murs pour l’immobiliser.

IMG_10952-bis-cadre4.jpg

Autre caractéristique de cette église, son chœur qui renferme un sarcophage du IVème siècle en marbre blanc servant aujourd’hui d’autel. Il représente le passage de la Mer rouge.

IMG_10943-bis-cadre4.jpg

 

IMG_10942-bis-cadre4.jpg

Pierre de Pratis, prieur commendataire, ordonna en 1536 l’agrandissement de l’église ; l’axe de la nef ne fut pas respecté et on ne sait si le prieur voulut incliner le chœur dans la direction de Jérusalem ou rappeler la position de la tête du Christ sur la croix.

IMG_10940-bis-cadre4.jpg

Une deuxième église, Notre-Dame-de-Beauvoir, située dans l’échancrure où coule le torrent du Riou est un important centre de pèlerinage. Perchée dans les grottes de Tuf, à l’endroit où s’installèrent les premiers moines, elle offre un point de vue incomparable sur toute la vallée. Seuls les courageux auront le loisir de l’admirer en gravissant les 365 marches.

IMG_10949-bis-cadre4.jpg

Moustiers s’est aussi créé un place de renom parmi les villes « faïencières » de Provence : Apt, Varages, Salernes, Vallauris, Aubagne et Marseille.

Musée_de_la_faïence-49-plat-oblong.jpg

Moustiers abritait de nombreux potiers avant que Pierre Clérissy n’en devienne le premier faïencier en 1679. Au XVIIIe, les fabriques Clérissy et Olérys produisent la faïence de luxe destinée à la cour de Versailles, au Parlement de Provence et à la noblesse du pays.

Scene-Maritime1-zoom.jpg

 

 

La technique de cuisson évoluant, la bichromie, puis la polychromie ( introduite vers 1740 par Olérys) remplacèrent le célèbre camaïeu de bleus ( bleu dit « de Moustiers »). Vers 1780, Moustiers compte une douzaine de fabriques. La production s’éteint a la fin du XIXème suite à la concurrence de la porcelaine de Sèvres et de la faïence anglaise, puis reprend sous l’impulsion de Marcel Provence, le « bon gavot » en 1927. Il suscita une production originale inspirée de la flore et des insectes du pays. Une vingtaine d’ateliers travaillent au village aujourd’hui, ce qui fait de Moustiers le plus grand centre faïencier français.

 

 

IMG_10953-bis-cadre4.jpg

Pour compléter :

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Moustiers-Sainte-Marie

 

http://www.moustiers.eu/?Histoire-de-la-faience&lang=fr

 

http://www.academie-de-moustiers.com/decors.htm

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Notre-Dame-de-l%27Assomption_de_Moustiers-Sainte-Marie

 

http://catho04.cef.fr/decouvrir/paroisses/moustiers/moustiers-2.html