Oiseaux en hiver (4)

Une autre visiteuse, surtout en hiver: la pie bavarde

IMG_9113-rec-cadre1

 

IMG_9114-rec-cadre1

 

IMG_9115-rec-cadre1

 

IMG_9116-rec-cadre1

 


 

 

La grande taille, le plumage noir et blanc et la longue queue de la pie bavarde (Pica pica) en font un oiseau typique.

 

Les plumes noires du corps ont des reflets verts, bleus et violets, tandis que le ventre et le bout des ailes sont blancs. Mâle et femelle sont semblables. Le vol de la pie paraît un peu laborieux, mais s’avère extrêmement agile quand il faut piquer pour ramasser à manger ou slalomer entre les arbres.

 

Le couple séjourne souvent sur son territoire tout l’hiver, mais les oiseaux non nicheurs se rassemblent. Les jeunes pies s’établissent soit dans le coin d’un territoire existant soit à l’occasion de « noces de pies ». Le jeune couple tente de s’installer sur le domaine d’un autre couple, et les attaques des propriétaires attirent d’autres pies, qui viennent assister au spectacle.

 

Agile au sol, la pie bavarde se déplace en marchant et en sautillant, la queue relevée. C’est là qu’elle recherche sa nourriture. Son bec est assez puissant pour arracher viande sur les charognes.

 

Le juvénile ressemble beaucoup aux adultes, mais sa queue est plus courte et son plumage moins brillant. Son ventre blanc paraît sale.

 

Le nid de la pie est une construction volumineuse recouverte d’un dôme de brindilles et garnie de boue et de végétaux. Il est habituellement édifié sur un arbre ou un grand arbuste, mais dans certaines régions d’Europe, la pie l’installe sur des bâtiments ou des pylônes. Le nid possède une entrée latérale, et le toit de brindilles épineuses le protège des attaques d’autres corvidés qui le détruisent pour manger les petits. Certains nids sont réutilisés chaque année, et deviennent gros et très visibles en hiver lorsque les feuilles sont tombées.

 

La pie n’est pas difficile, elle mange tout ce qu’elle trouve, des araignées, coléoptères et limaces aux fruits et aux graines en passant par les charognes et même les déjections animales. Elle stocke de la nourriture quand elle en a trop et la mange plus tard, par temps de disette. La pie est capable de chasser d’autres oiseaux et des petits mammifères, et s’attaque en particulier aux œufs et aux oisillons, ce qui lui a valu d’être persécutée. Pourtant, des études récentes ont montré que l’impact des pies sur les populations d’oiseaux des jardins était négligeable.

 

Référence: L’ami des oiseaux, Robert Burton et al, Larousse 2004, France Loisirs 2006

 

IMG_9828-bis-jpeg-cadre1


Pour compléter:

 

http://www.oiseaux.net/oiseaux/pie.bavarde.html

 

http://biodiversite.wallonie.be/cgi/sibw.esp.ecol.pl?TAXON=Pica_pica

 

http://www.hubert35.net/article-23751455.html

 

http://www.oiseau-libre.net/Oiseaux/Especes/Pie-bavarde.html

 

http://moineaudeparis.com/oiseaux/corvides/pie-bavarde/index.html

 

http://environnement.wallonie.be/ong/refuges/picpic.html

 

En peinture: « La Pie » de Claude Monet

 

http://le.nuage-d.aurore.over-blog.com/article-26312700.html

 

 

Publicités